• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Appel à la grève du 28 juin : le mouvement peu suivi à Charleville et à Troyes

A gauche, le rassemblement de Charleville et à droite, celui de Troyes. / © Sébastien Valente et Antoine Laroche
A gauche, le rassemblement de Charleville et à droite, celui de Troyes. / © Sébastien Valente et Antoine Laroche

Ils n'étaient pas très nombreux à battre le pavé ce jeudi à Troyes et Charleville-Mézières. Pourtant c'est la première depuis 2016 que la CGT, Force Ouvrière et les organisations de la jeunesse appelaient à manifester ensemble contre la politique du gouvernement.
 

Par FM avec Sébastien Valente et Antoine Laroche

Une cinquantaine à Charleville, et environ 130 manifestants à Troyes. Malgré un appel conjoint de la CGT, Force ouvrière et des organisations étudiantes, peu de personnes se sont mobilisées.
 

Personnel hospitalier et cheminots à Charleville


Il n'y avait pas grand monde à Charleville-Mézières. Personnel hospitalier et cheminots étaient les plus représentés, mais les organisations syndicales, la CGT en tête, s'attendaient à un plus grand nombre de manifestants.
 

Même son de cloche du côté de Force Ouvrière, l'autre syndicat ayant lancé un appel à la manifestation. Le secrétaire départemental reconnaît des difficultés à mobiliser autant qu'il le souhaiterait.

Le cortège de grévistes devait initialement gagner la gare de Charleville-Mézières, mais pour grossir le mouvement, les manifestants ont préféré rejoindre la mobilisation des électriciens d'Enedis.
 

A Troyes, on mise sur la rentrée


Dans l'Aube, les syndicats sont quelques peu déçus de la faible mobilisation. Cependant, ils comptent bien remobiliser leurs troupes en septembre, espérant que les premières retombées après la première année de quinquennat se fassent ressentir. Prochain objectif : la rentrée 2018.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vincent Lambert : un appel aux dons pour aider sa femme, ses parents soutenus par la fondation Lejeune

Les + Lus