Ardennes : face au triplement de leur tarif d'électricité, huit collectivités en appellent à l'Etat

Publié le

La facture d'électricité va être très salée pour huit collectivités ardennaises. Sans solution pour faire face à cette situation inédite, le maire de Charleville-Mézières en appelle au gouvernement.

Les ampoules resteront-elles allumées dans les Ardennes ? Pour les particuliers, la question ne se pose pas, mais pour les collectivités, il y a de quoi être inquiet : le tarif de l'électricité vient d'être multiplié par trois. "C'est une douche froide, on ne peut pas en rester là" résume Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières.

C'est une douche froide, on ne peut pas en rester là

Boris Ravignon - Maire de Charleville-Mézières

Pourquoi une telle augmentation ? Car comme l'explique la métropole ardennaise, "depuis 2020, les collectivités territoriales de plus de 10 agents n’ont plus le droit d’avoir accès aux tarifs réglementés d’électricité. Elles ont donc été contraintes de se fournir sur le marché concurrentiel". Mais premier problème : seul EDF a répondu à leur appel d'offre. "Total Énergies n’ayant pas même daigné le faire".

Vers une augmentation des impôts ?

Contraint d'accepter le contrat d'EDF, les collectivités voient donc la facture d'électricité multipliée par trois, de moins de 100 euros à plus de 310 euros le coût du mégawatt/heure. "Pour une agglomération comme Charleville-Mézières, on passe de 900.000 € d'électricité à plus de trois millions. Deux millions d'euros d'augmentation, ça représente la totalité de l’excédant que nous avions réalisé ces dernières années et qui nous permettait d’investir", résume Boris Ravignon.

Deux millions d'euros d'augmentation, ça représente la totalité de l’excédant réalisé ces dernières années et qui nous permettait d’investir

Boris Ravignon - Maire de Charleville-Mézières

Dos au mur, les collectivités n'ont pas d'autre choix que de faire des économies, d'énergie, mais aussi financières. Dans un communiqué, la communauté d'agglomération s'interroge "va-t-il falloir augmenter les impôts pour simplement continuer à éclairer les bâtiments publics ?"


La ville de Charleville a commencé à revoir sa consommation d'électricité en installant des LED, en ayant une utilisation optimisée de la patinoire et des piscines. "On peut gagner quelques petits pourcents, mais pas diviser par trois notre consommation. Là, aujourd’hui dans l’urgence, il y a vraiment besoin que l’Etat intervienne pour neutraliser cette hausse pour les collectivités".