Ardennes : non-voyante de naissance, elle chante avec les yeux du cœur pour oublier le Covid

Nathalie Leporcq Petitfils, non-voyante et standardiste de métier, est installée à Charleville-Mézières depuis 1988. Sa cécité n'est plus un confinement pour elle, sa passion pour la chanson lui a ouvert de nouveaux horizons. Une belle leçon de vie et un enthousiasme qui force le respect.

Nahalie Leporcq Petitfils, un voyage dans la nuit totale avec pour amis, la musique, la chanson, et des milliers de personnes à aimer
Nahalie Leporcq Petitfils, un voyage dans la nuit totale avec pour amis, la musique, la chanson, et des milliers de personnes à aimer © Daniel Samulczyk / France Télévisions
C'est une traversée à petits pas, au rythme d'une canne blanche qui frôle les pavés. La grande place Ducale de Charleville-Mézières est toujours une aventure pour Nathalie, non-voyante de naissance. Pourtant, sa ville, elle la connaît sur le bout du pied, et en quelques minutes, la diagonale est tracée. 
Nous avons rendez-vous ce vendredi 17 juillet au pied de la fontaine.

Nathalie Leporcq Petitfils, 52 ans, c'est avant tout un sourire et une voix chaleureuse que l'on découvre. À son bras est accroché Christian, un ami de longue date, qui lui prête ses yeux et une partie de son temps. " C'est une cécité, je n'aime pas le mot aveugle " me lance-t-elle de suite en esquissant un visage bienveillant. " Certaines personnes aujourd'hui semblent aveugles alors qu'elles ont leurs yeux, " renchérie-telle en guise d'introduction. Le ton est donné, Nathalie a déjà vu clair dans mon jeu, l'important est ailleurs.
 

Vivre dans un tunnel tout noir

Nathalie est née à Revin, dans la vallée de la Meuse. À l'âge de 4 ans, on la place à l'Institut Royal pour Sourds et Aveugles de Bruxelles en Belgique, d'où elle sortira avec le diplôme de standardiste à 21 ans. Ce métier de contacts, elle l'exerce au Conseil Départemental des Ardennes depuis 1990 à raison d'une semaine le matin et d'une l'après-midi. Pendant le confinement, elle a travaillé, pour ne pas être seule et continuer à parler. Quand on lui demande son expérience du dernier confinement imposé par la pandémie de Covid-19, sa voix devient plus grave. La cécité, c'était la double peine.


 
Nathalie et Christian, un duo parfait pour marcher ensembles et s’entraider, avec le monde de la musique en commun
Nathalie et Christian, un duo parfait pour marcher ensembles et s’entraider, avec le monde de la musique en commun © Daniel Samulczyk / France Télévisions


" Je ne voudrais plus que ça arrive, car je n'oublierai jamais ! " m'avoue-t-elle joignant ses deux mains. " Pendant le confinement, je ne faisais que la fameuse sortie autorisée d'une heure. Rester seule à la maison, dans mon appartement F2, c'était impossible " .
 

Pour expliquer la cécité, être seul chez-soi c'est comme être dans un tunnel tout noir, sans lumière le jour et la nuit. C'est une image. Heureusement, mon ami Christian était là pour m'aider, sinon, j'aurai baissé les bras.

Nathalie Leporcq Petifils, Charleville-Mézières



" Je comprends qu'il faut être vigilant, mais les balades en forêts, ça ne fait de mal à personne. J'aurais aimé écouter les oiseaux, eux, ils ne sont pas confinés. En temps normal, je me promène sur la voie verte, au lac des Vieilles forges, je ne peux pas rester enfermée " . Nathalie poursuit en prenant une large respiration : " Le fait de ne pas voir, j'ai besoin de marcher, de respirer l'air, de sentir les odeurs, entendre les oiseaux. De toutes façons, seule, je n'aurai pas pu aller loin. Je ne me plains pas, il y a pire comme situation : certaines personnes ne peuvent pas sortir de leur chambre".

Christian hoche la tête pour marquer chaque fin de phrases. Lui aussi était aux premiers rangs aux côtés de Nathalie pendant cet isolement forcé. À 52 ans, c'est lui qui vient en aide chaque jour à sa protégée. Il fait les repas, le ménage, assure les déplacements au quotidien, et surtout, suit Nathalie la chanteuse dans ses tournées départementales. Car Nathalie cache un petit trésor en elle, sa voix. Christian la filme et met en ligne son talent sur les réseaux sociaux.
 

Les yeux du coeur

" La chanson et la musique, c'est sa passion ! " me confirme Christian en serrant la main de Nathalie. " Quand elle est sur scène, elle est heureuse, c'est comme le chanteur Gilbert Montagné, ça se voit ! " conclue-t-il en souriant. C'est donc cela aussi le secret de cette optimiste au grand cœur, il faut qu'elle chante pour sortir de l'ombre, approcher enfin la lumière.  Elle l'explique très bien elle-même avec de l'enthousiasme dans le regard : " J'ai toujours chanté depuis mon enfance. Je vis ce que je chante, je suis dedans.

Christian me dicte mes interprétations que je recopie en braille avec ma machine. C'est celle que j'ai depuis l'âge de huit ans. Quand je chante en public, je prends mon braille devant moi comme pense-bête. Les chansons, je les connais pratiquement par cœur, mais je me sens plus rassurée ". 
Les deux mains posées sur la retranscription des chansons en braille, Nathalie assure la prestation.
Nathalie Leporcq Petitfils et Arthur Lecerf en tournée animations dans les Ardennes
Nathalie Leporcq Petitfils et Arthur Lecerf en tournée animations dans les Ardennes © Nathalie et Arthur, chansons d'hier. Capture Facebook


" On peut dire des choses tout haut qu'on ne peut pas dire en temps normal, dans la chanson, je m'exprime à fond, ça me libère. C'est ça qui me tient en vie : la chanson et les balades. Je ressens de l'émotion pour les gens, leur sensibilité. J'aime partager les paroles des chansons, ça donne du bonheur aux gens."

Parmi les dizaines de chansons du répertoire de variété française, de Jacques Brel, Edith Piaf, en passant par Michèle Torr, Nathalie aime reprendre particulièrement une chanson de l'auteur-compositeur ardennais disparu Jean-Claude Vincent.  Écrite spécialement pour elle, cette approche poétique en musique du handicap de la cécité est une belle leçon de vie. Le titre de la chanson : " Les yeux de mon cœur " est à découvrir dans cette vidéo.
 Avec son guitariste Arthur Lecerf, un autre Ardennais passionné de musique, Nathalie parcoure les brocantes, anime des après-midi dans des Ehpad, dans des fêtes de villages lors de soirées aux quatre coins de la ville. Elle est toujours à la recherche d'endroits pour se produire et partager ses chansons.

 
Nathalie Leporcq Petitfils, une grande dame de la chanson française, avec un regard différent sur le handicap de la cécité
Nathalie Leporcq Petitfils, une grande dame de la chanson française, avec un regard différent sur le handicap de la cécité © Daniel Samulczyk / France Télévisions


Son grand rêve serait de travailler dans une radio locale et poser sa voix derrière un micro. Cette ambassadrice de la chanson française n'a pas fini de nous ouvrir les yeux sur le vrai partage aujourd'hui : l'émotion que procure la musique et la rencontre de l'autre.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
handicap société musique culture loisirs sorties et loisirs rencontres portrait fête de la musique
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter