• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Le Cabaret Vert vu par Boris Ravignon : serrer des mains et profiter de la musique

Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières et inconditionnel du Cabaret Vert / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne
Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières et inconditionnel du Cabaret Vert / © Florence Morel / France 3 Champagne-Ardenne

Il est un inconditionnel du festival. Le maire de Charleville-Mézières n'a raté aucune édition du Cabaret Vert depuis 2008, l'année de son premier mandat en tant que conseiller départemental. 
 

Par Florence Morel

Toujours présent à l'espace partenaire du Cabaret Vert, un demi ou non dans les mains, Boris Ravignon sourit, se détend. Entre deux gorgées et deux SMS, il salue, demande comment ça va. Pas facile de passer inaperçu quand on est maire de Charleville. "Entre les riverains à gérer et le côté sécurité, je trouve toujours le temps de regarder les concerts, raconte l'élu carolo. C'est un moment que je prends chaque année."

Le tout, c'est de faire de la pédagogie.


Si le Cabaret Vert est un weekend de fête pour les festivaliers, il est aussi synonyme de galères pour les riverains. Manque de places pour se garer, sans compter le bruit… Pour certains, "les aigris sont de sortie", pour d'autres, "vivement la fin!", selon certains internautes sur la page Facebook de la ville.
 

"Le tout, c'est de faire de la pédagogie, argumente le maire. Il faut bien expliquer aux Carolos les bénéfices du festival sur la ville, les retombées économiques." Et d'ajouter, prenant des nouvelles d'un membre de l'organisation : "Beaucoup ont pris le pas et prennent leurs vacances à ce moment-là, ou ils s'arrangent avec des proches pour dormir ailleurs."
 

Passion électro house


Souriant, l'élu carolo est aussi un peu en vacances. Fan d'électro House, il attendait avec impatience le concert de DJ Snake le jeudi soir. "Un peu déçu", lui qui "n'aime pas trop le rap", est forcé d'admettre que le concert de NTM était "bluffant".
 

Son édition favorite : celle de 2014 avec The Prodigy et la découverte de Parov Stelar. L'agenda chargé, Boris Ravignon n'a pas vraiment l'occasion de sillonner les festivals. Peut-être arrivera-t-il à se rendre en Belgique pour le festival Tomorrowland, dans la province d'Anvers. En attendant, ce dimanche, sur conseil de Julien Sauvage, le patron du Cabaret Vert, il attend avec impatience Michelle David & The Gospel Sessions. Dans la foule cette fois.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Interview de Grégoire scout d'Europe. Bréménil

Les + Lus