Inflation, problème de terrain : la construction d'un collège abandonnée à Charleville-Mézières

Le conseil départemental des Ardennes a entériné ce vendredi 29 septembre l'abandon du projet de construction d'un nouveau collège dans le quartier de la Ronde Couture à Charleville-Mézières.

Le projet de collège neuf dans le quartier de la Ronde Couture à Charleville-Mézières est abandonné. Le conseil départemental des Ardennes a entériné ce choix lors d'une séance de la commission permanente, ce vendredi 29 septembre 2023.

"Ce projet est abandonné essentiellement pour des raisons de coût", justifie Noël Bougeois, le président (Les Républicains) du conseil départemental, joint peu après la séance.

Le nouvel établissement, envisagé pour 2026 ou 2027, devait venir prendre la place des deux collèges existants du secteur. Sa construction avait été estimée dans un premier temps à 17 millions d'euros. Mais la facture est désormais évaluée "à plus de 26 millions", selon l'élu. Un surcoût trop important pour le département.

Sur la carte ci-dessous, les deux collèges existants.

"Un sol un peu particulier"

Ce renchérissement du projet est dû à plusieurs facteurs. L'inflation sur les matériaux a eu un impact important sur le coût de la construction, tout comme l'évolution de la réglementation en matière de construction neuve. Mais c'est aussi le terrain où devait être installé le collège, qui a pesé sur le prix.

"C'est un sol un peu particulier où il y a une faible portance et une sensibilité hydraulique", détaille Noël Bourgeois. Pour ancrer le bâtiment dans le sol, des techniques jugées trop coûteuses auraient dû être mises en place. "Dans ces conditions-là, j'ai proposé à l'assemblée de ne pas construire un collège neuf à la Ronde Couture", indique l'élu. Une proposition entérinée par un vote en commission ce vendredi.

Dans le même secteur, le projet de complexe sportif voulu par la municipalité avait déjà été abandonné en juin dernier. "Y renoncer permettra de renouveler nos équipements et gymnases, qui en ont bien besoin", expliquait le maire à nos confrères de l'Ardennais.

Les élèves vont donc toujours être accueillis aux collèges Léo-Lagrange et Salengro dans les années à venir. Y aura-t-il des investissements spécifiques pour ces deux établissements, suite à l'abandon du projet de construction ? "Pour l'instant non, mais l'engagement du conseil départemental est de donner à nos enfants des conditions d'accueil dignes de notre temps", répond Noël Bourgeois.

Le travail se poursuit pour imaginer la suite. "La première commission, en charge du plan collège, mènera une réflexion sur ce secteur-là, pour voir ce qu'il y a lieu de faire", précise l'élu.