Escrime : de la graine de champion à Charleville-Mézières

Le centre régional d'entrainement, de formation et de détection de la Fédération Française d'Escrime à Charleville-Mézières a ouvert en septembre 2017 / © Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne
Le centre régional d'entrainement, de formation et de détection de la Fédération Française d'Escrime à Charleville-Mézières a ouvert en septembre 2017 / © Raphaël Doumergue / France 3 Champagne-Ardenne

Depuis septembre 2017, le centre régional d'entraînement, de formation et de détection de la Fédération Française d'Escrime accueille et forme les futurs champions du Grand Est.

Par J.J.A.

Depuis la rentrée 2017, à Charleville-Mézières, le centre régional d'entraînement, de formation et de détection de la Fédération Française d'Escrime accueille et forme les graines de champions du Grand Est. Après l'échec des Jeux Olympiques de Londres, la délégation française n'a décroché aucune médaille, la fédération a choisi d'ouvrir des centres de ce type dans chaque région française, pour détecter le plus tôt possible les meilleurs talents, et leur offrir une structure digne du haut niveau.


Précision et agilité

Déplacement, posture, cardio et position des armes. Les collégiens et lycéens qui participent à ce programme s'entraînent chaque jour. En intégrant la structure, les jeunes "passe[nt] de 2 à 3 heures d'entraînement en club à des entraînements du lundi jusqu'au vendredi" explique Benoît Guillet, le directeur du centre. Une intensité essentielle dans ce sport : "les matchs sont très courts donc il faut tout le temps être présent à 100%" raconte Philippe Lobo, le préparateur physique, "le fait d'être préparé à chaque moment pour rentrer dans le match, ça fait qu'ils sont préparés à réagir tout de suite'". En escrime, la force pure n'est pas la qualité première, il faut être agile et précis.

Parmi les tireurs, figurent déjà certains des meilleurs espoirs français. Comme Pauline Simons, 13 ans et 12e du classement national, ou Lucas Guillet, 12 ans et 10e du classement national : "Je pourrais faire des compétitions tous les week-ends, […] des entraînements 24 heures sur 24, je suis vraiment fan de l'escrime" n'hésite-t-il pas à dire. Pour l'instant, le centre n'accueille que des Ardennais, mais avec les belles performances de ses pensionnaires, les demandes d'intégrations se sont multipliées.
 
L'unique centre du Grand Est semble avoir fait mouche !

Voir notre reportage : 



Sur le même sujet

récolte des mirabelles à Rozelieures

Les + Lus