Livre blanc de la défense : la base militaire de Charleville-Mézières pourrait disparaitre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Lionel Gonzalez

Selon nos confrères d'Aujourd'hui en France, "Les petites bases comme Charleville-Mézières (Ardennes) et Mont-de-Marsan (Landes) sont les premières dans la ligne de mire" du livre blanc de la Défense pour 2014-2019.

Ce projet vise à économiser un milliard d'euros par an sur le budget militaire (31,4 Mds€ en 2013) et de "diviser par trois le nombre de bases militaires" et de passer de 60 bases actuellement à seulement 20.

A Charleville-Mézières, c'est le 3ème régiment du génie qui serait visé.
Créé en septembre 1814, Il a participé à toutes les campagnes, glorieuses ou malheureuses, en France ou dans le monde.
Après avoir passé de nombreuses années à Arras, le 3e RG s’installe en 1947 à Mézières.

Le quotidien national rapporte également une baisse des recrues dans l'Armée de terre avec une baisse de 5.000 à 10.000 engagés par an. "L’armée de terre, qui recrutait entre 15000 et 20000 hommes par an au début des années 2000, n’en recrutera selon nos informations « que » 10000 en 2012 et 2013."

 

Le 3ème régiment du génie
Le 3e RG compte près de 900 hommes répartis en 6 compagnies : 1 compagnie de commandement et de logistique, 3 compagnies de combat, 1 compagnie d’appui et 1 compagnie du génie de franchissement. Il dispose également d’une compagnie de réserve.

Plus ancien régiment du génie de France, le 3e RG est un régiment du génie de brigade interarmes et à ce titre a pour mission d’appuyer sa grande unité.

Depuis l’été 2010, il est l’unique détenteur de la capacité de franchissement lourd (ponts flottants motorisés) de l’armée de Terre.

Pendant l’année 2011-2012, le 3e RG a projeté près de 400 soldats à travers le monde, notamment en Afghanistan (avec l’équipement FELIN), au Liban, en Côte d’Ivoire, en Polynésie française et au Sénégal.

Missions

Appui au combat :
  • appui à la mobilité tactique (aide à la progression des unités de mêlée en ouvrant les itinéraires, en déminant les zones à risques, en construisant des ponts, des plates-formes pour l’installation de postes de commandement et d’unités, en produisant de l’énergie ou de l’eau potable…),
  • appui à la contre mobilité (construction ou mise en place d’obstacles pour contraindre la progression ennemie),
  • appui direct au combat (y compris en zone urbaine),
  • aide au déploiement d’urgence.
Appui général : toutes les autres missions du génie : faciliter la projection et le retrait d’une force, préserver sa liberté d’action et sa capacité opérationnelle, remplir d’autres conditions de succès de la mission (aide au déploiement, appui aux déplacements stratégiques et opératifs…).

De plus, le régiment dispose de sections spécialisées :
  • les plongeurs de combat du génie,
  • le groupe régional d’intervention NEDEX (GRIN) qui est particulièrement employé dans une zone fortement marquée par la 1re guerre mondiale (plus de 90% des interventions NEDEX sur le territoire national),
  • deux équipes de fouille opérationnelle.
(Source : Armée de Terre)