Des enseignants posent nus pour défendre leur collège menacé d'une fermeture de classe

Une dizaine d'enseignants des Ardennes a utilisé les réseaux sociaux en posant nus derrière une banderole pour pointer l'attention sur leur établissement, situé à Signy-l'abbaye. Une classe est menacée de fermeture.

Parmi les nombreuses mobilisations contre les fermetures de classes annoncée par l'académie de Reims pour la rentrée scolaire 2023, chaque collectif d'enseignants et de parents d'élèves tente de se démarquer. Certains ont essayé la mise en scène sous forme de cauchemar, d'autres ont carrément retiré leurs vêtements (ou presque) dans les Ardennes. 

Cette dernière opération a eu lieu le 15 mars au sein du collège de Signy-l'abbaye, fermé ce jour-là, lors d'une journée "collège mort". Un collectif d'enseignants soudés et mobilisés a franchi le pas et ôté une partie de leur vêtements, sous un froid mordant, derrière des bottes de paille et une banderole. Leur message est explicite, il a été posté sur une page Facebook dédiée. "Non à la fermeture de classes au collège de Signy l'abbaye". 

"Aujourd'hui encore, nous ne baissons pas les bras face à cette décision de nous supprimer une classe à la rentrée prochaine. Sur le ton de l'humour, mais avec une volonté de ne pas nous laisser "plumer" enseignants comme élèves, nous illustrons par ces photos la perte de moyens humains et financiers au sein de notre collège. Impossible alors de mener dans de bonnes conditions l'ensemble de nos missions pour favoriser la réussite du plus grand nombre".

À poils et sur la paille

Des enseignants à poils derrière une banderole blanche, le message écrit en lettres rouges, est clair. "Collège rural sur la paille". Et il passe bien sur les réseaux sociaux. Selon l'un des enseignants, Sylvain Granjoux, professeur d'EPS depuis 4 ans dans ce collège : "on a l'impression que pour se faire entendre, il faut en passer par là. En zone rurale, on considère qu'on est pas prioritaire. On se sent oublié. De nombreux élèves ont des besoins particuliers liés au handicap par exemple. Et cela demande des moyens supplémentaires, des heures en plus, pour dédoubler les classes. La dotation horaire en baisse ne nous permettra pas de le faire. On va atteindre 29 élèves par classe. On s'est dit que quitte à être sur la paille on allait l'imager. On nous plume, donc on a l'impression de se retrouver dans une situation qui nous prive de moyens. On est frustré".

Suite à cette opération originale, les enseignants de Signy l'abbaye ont reçu 95% de message de soutien face à cette situation. Et quelques retours négatifs de personnes qui ne comprennent pas. "Mais c'est la première fois qu'on a autant de retours. Alors que l'an dernier on n'avait pas eu de tels retours". Un rendez-vous est prévu le 29 mars avec la directrice d'académie, "on va pouvoir argumenter. On espère pouvoir se faire entendre". La direction du collège n'a pas réagi pour l'instant. 

 

La photo a été prise mercredi 15 mars vers 9h par David Truillard, un parent d'élève photographe professionnel dans le secteur. Il s'agit pour les enseignants concernés de dénoncer un sureffectif probable suite à la fermeture de cette classe au sein du collège en zone rurale. Les enseignants évoquent le fait que désormais, ils auront 30 élèves par classe à partir de la rentrée de septembre.

L'établissement compte en 2022-2023, 337 élèves pour 14 classes, à la rentrée de septembre, il y aurait 340 inscrits, pour 13 classes. 

Au total, 29 classes vont être fermées dans les Ardennes, pour seulement 8 ouvertures. Les parents d'élèves et les enseignants sont remontés contre cette carte scolaire qui a été officialisée dans le département le 13 mars. Les manifestations de colère dans de très nombreuses écoles ardennaises se multiplient et sous toutes les formes.

Selon l'académie de Reims, cette décision est justifiée par la baisse du nombre d'élèves. A priori il n'y aura aucun changement d'ouverture ni de fermeture de classes à la rentrée prochaine.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité