Lactalis et producteurs s'accordent sur le prix du lait

Le numéro un mondial des produits laitiers Lactalis, accusé par les éleveurs français de payer leur production au rabais, a consenti à une hausse du prix du lait après une semaine de bras de fer avec les producteurs. Les producteurs ardennais ont donc décidé de lever la mobilisation.

Thierry Huet, Président de la FDSEA des Ardennes indique que l’accord trouvé avec Lactalis est « un signe positif ». Mais dans tous les cas, il faut « revoir la méthode de calcul du prix du lait et son coût de production », mais aussi « trouver une cohérence avec les autres opérateurs qui négocient avec les transformateurs privés et les coopératives ».

De son côté, Sébastien Amand, vice-président de l'Organisation de producteurs Normandie Centre (nord-ouest de la France), qui participait aux discussions indique qu’il a été trouvé « un point d'accord avec l'entreprise sur une rémunération de producteur de lait d'ici à la fin de l'année qui est de 290 euros de moyenne les 1.000 litres ».

Le prix d'achat de Lactalis était de 256,90 euros en juillet, l'un des prix les plus bas du marché. Après accord, le prix du lait pour août sera de 280 euros la tonne et augmentera de 5 euros tous les mois pour parvenir à 300 euros en décembre. La moyenne annuelle 2016 sera de 275 euros. Cet accord a été obtenu au terme d'une semaine de mobilisation nationale des syndicats de producteurs contre les sites de production et les marques de Lactalis dans les grandes surfaces.

"Évidemment cette revalorisation du prix ne suffira pas à combler les problématiques financières et les déficits qu'il y a dans les exploitations", a noté M. Amand. "Le prix du lait négocié par le groupe Lactalis pour les prochains mois est largement supérieur à son environnement économique et à ses principaux concurrents coopératifs", a rétorqué Michel Nalet, porte-parole du géant laitier (Lactel, Bridel, Président, Roquefort Société...). Le groupe, qui ne publie pas ses comptes détaillés, a réalisé un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros en 2014.

Depuis la fin des quotas européens au printemps 2015, le secteur laitier subit une grave crise de surproduction, en Europe mais aussi dans le monde, qui a provoqué un effondrement des prix. Un nouveau programme européen d'aide à la filière laitière, qui prévoit le versement de 150 millions d'euros aux producteurs pour les inciter à réduire leur production, sera lancé en octobre, a annoncé vendredi la Commission européenne.