• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

La pêche à la truite débute dans les Ardennes, avec pour mots d'ordre “no kill”

Jonathan et Yannick, membres de la société de pêche de la Goutelle, dans les Ardennes / © Juliette Poirier / France 3 Champagne-Ardenne
Jonathan et Yannick, membres de la société de pêche de la Goutelle, dans les Ardennes / © Juliette Poirier / France 3 Champagne-Ardenne

Depuis ce 9 mars, après six mois de pause, les pêcheurs de truites ont ressorti leurs cannes à pêches. Reportage au bord du ruisseau de la Goutelle, à Nouzonville dans les Ardennes.
 

Par Florence Morel

Le roulis de l'eau est interrompu par quelques rires. Au bord du ruisseau de la Goutelle, à Nouzonville, sous une lumière blanchâtre, Guy, Jonathan et Yannick se sont levés de bonne heure ce samedi 9 mars 2019 pour le début de la pêche à la truite. Le premier a déjà attrapé trois truites.

"Qu'elles soient belles ou pas, on les remet à l'eau de suite, pour ne pas détruire la faune locale"
- Guy, pêcheur de truites dans les Ardennes.


Les terrains de pêche sont privés ou communaux, avec des parcours différents. A la Goutelle, Guy comme ses voisins de terrains sont dans une zone "No Kill", qui oblige à remettre les poissons dans l'eau. Des truites sauvages, ou truites fario, que les fins connaisseurs ont plaisir à retrouver.

La truite, signe d'une eau propre

"On reconnaît la truite fario sauvage, avec une belle robe pour ce début de saison, par son corps fusiforme, ses nageoires développées et des points rouge et noir le long de ses flans", explique Jonathan.

Ce samedi, la truite s'est faite rare, car les températures sont encore un peu fraîches. "En ce début de saison, les eaux sont froides, il faut aller chercher les poissons dans le fond, détaille-t-il. On va utiliser des leurres qui vont dans le fond." Des leurres comme ceux photographiés dans ce tweet :

Mais si elle est présente, c'est aussi un signe de bonne santé pour le ruisseau, la truite ne supportant pas les eaux sales. Le poisson ne se développe que dans les eaux courantes et très propres.
Tous ont tenté leur chance au leurre. Mais pour ces amoureux de nature, le plaisir est ailleurs. Pour Yannick Langrenez, "c'est la partie détente". L'Ardennais profite de l'ouverture de la pêche pour une mise au vert :

"Quand on est enfermé sous les néons toute la semaine, ça fait du bien de profiter de la lumière naturelle et du bruit de l'eau."
- Yannick, membre de la société de pêche de la Goutelle.

Pour fêter l'événement dignement, les aficionados ont sorti le napperon rouge et blanc, les baguettes de pain, du jambon, du fromage… Les pêcheurs amateurs de casse-croûtes ont jusqu'à septembre pour profiter de ces bols d'air.  

La pêche à la truite, la sortie nature


 

Sur le même sujet

Interview de Grégoire scout d'Europe. Bréménil

Les + Lus