Rencontres : l'agence des Soeurs Cupidons joue les entremetteuses pour les célibataires des Ardennes

Durant l'été, les Soeurs Cupidon ont fêté leur deuxième anniversaire. Il s'agit d'une agence destinée aux célibataires des Ardennes, et qui veut remettre le réel et l'individu au centre d'un monde envahi par les applications et sites Web de rencontres.

Vous connaissez probablement le site Internet Meetic ou l'application Tinder. Virginie Ait Madi connait aussi, mais veut faire mieux en remettant du réel et de la sélection individuelle dans les rencontres amoureuses.

C'est pour cela qu'elle a fondé les Soeurs Cupidon. Une agence de rencontres (terme préféré à "agence matrimoniale") qui a fêté son deuxième anniversaire durant l'été 2022 : ça redevient à la mode.

Sollicitée par France 3 Champagne-Ardenne (pour une interview, pas pour trouver l'amour), sa fondatrice explique qu'elle est ouverte "aux célibataires à la recherche d'une union plutôt stable et durable. Si vous avez des difficultés pour trouver l'amour, je suis disponible pour vous donner un coup de main."

Journées bien remplies

C'est elle qui gère tout. En plus d'être, à 38 ans : maman, conseillère municipale, et chargée de développement dans une agence d'intérim axée sur l'insertion (on aperçoit cette dame fort occupée dans cette vidéo-anniversaire publiée sur Facebook).



"La différence avec une agence matrimoniale classique, c'est que j'organise moi-même, tous les trimestres, des soirées et temps de rencontre ouverts à mes adhérents et aussi aux extérieurs." La gérante s'occupe aussi de la présence (voire omniprésence) sur les réseaux sociaux.

Elle alimente aussi un site Internet (créé par son fils, l'amour est une affaire de famille) avec des articles divers et variés écrits par une "love correspondante", pour parler d'amour. Par exemple au sujet des signes pour prévenir une relation toxique, ou plus joyeusement sur comment s'habiller pour un rendez-vous galant (appellation plus jolie que "date").  "Je fais aussi du matching de profil."

L'individu avant tout


Ainsi, Virginie Ait Madi fait connaissance avec chaque célibataire et établit un dossier individuel, à la fois sur le profil de la personne, mais aussi de ce qu'elle recherche dans une relation amoureuse. Les critères ainsi définis permettent des rencontres ultérieures avec d'autres membres ayant confié leur dossier à l'agence. En somme, l'algorithme utilisé sur les sites de rencontres, c'est elle. 


"À la différence d'un site Internet comme Meetic, Badoo... peu importe le nom : je me déplace chez les célibataires. Ma méthode est différente, et ça me permet de voir leur environnement : comme ça, les gens ne peuvent pas tricher." Elle précise que ces sites "très démocratisés" amènent "beaucoup d'histoires éphémères", même si bien sûr, "il reste encore des gens sérieux et sincères sur ce genre de sites". Elle juge toutefois ces sites comme étant "dépassés"

"La clé d'entrée chez les Soeurs Cupidon, c'est le sérieux et l'envie de rencontrer quelqu'un, le respect... Pas une histoire sans lendemain. Après, bien sûr, ça peut arriver : ça colle ou ça colle pas." Oui : la matriarche reste humaine et n'est pas non plus infaillible.

Rencontres à l'aveugle et "amour pour tous"

À noter que les célibataires ne reçoivent pas la photographie de leur prétendant(e) avant la rencontre. "Si vous venez dans mon agence, je ne vais pas vous prendre en photo lors de notre entretien pour la montrer ensuite aux célibataires. Il n'y aura pas telle personne qui pourrait être intéressante en se basant sur les critères physiques : tout le monde a sa chance. Les critères retenus, ce sont vraiment ceux que l'on détermine ensemble; mon engagement, c'est de vous proposer quelqu'un qui vous corresponde." 

Parmi les nombreux critères : la distance géographique, la catégorie socio-professionnelle (CSP), ou encore l'âge. À noter que Virginie Ait Madi a pour mantra "l'amour pour tous" (comprendre pas forcément que les hétéros). Elle s'occupe des célibataires de tous âges à partir de 25 ans (elle a déjà quelques jeunes couples à son actif), et essentiellement sur le secteur des Ardennes (visible sur la carte ci-dessous).


Cas concret : "vous êtes Y, j'appelle X pour lui parler de vous. Je vous appelle ensuite, et vous me dites que ce profil vous intéresse et que vous êtes d'accord pour le rencontrer. On échange alors les numéros de téléphone." La suite dépend : "soit vous vous débrouillez et vous vous sentez capable de gérer seul la rencontre, soit j'interviens en organisant une rencontre à trois." Elle prend son rôle de Cupidon à coeur, c'est le moins qu'on puisse dire.

Évidemment, la rencontre vise à briser la glace, pas allumer le volcan. "Si vous vous débrouillez sans moi pour la rencontre, j'aime bien avoir un petit retour après. Pas forcément avec tous les détails, mais parce qu'il y a des clauses dans le contrat : il faut bien se comporter et avoir de bonnes moeurs. J'en apprends sur les célibataires quand ils rencontrent d'autres célibataires."  

Soirées mondaines

"Tout le monde a besoin d'amour : c'est ce que je vends." Ce n'est en effet pas gratuit. "Tout le monde a sa chance aussi dans le sens où, dans une agence matrimoniale classique, c'est relativement onéreux. Vous n'y trouverez généralement que des profils proches de l'âge de la retraite, ou qui ont les moyens. Dans le Grand Est, la moyenne, c'est entre 1.500 et 2.500 euros. Moi je fais des tarifs plus accessibles, plus 'jeunes', à hauteur de 500 euros, voire d'autres formules encore moins chères. Car tout le monde a le droit à l'amour."


Les soirées qu'elle organise sont prisées par "un noyau de membres et de gens de l'extérieur" très fidèles : "ce sont tous devenus des amis, on est une grande bande de copains célibataires". Des "petites animations", à l'heure de l'apéritif, permettent de détendre l'atmosphère et aider les célibataires les plus timides. "Si ils ont crushé sur quelqu'un, ils peuvent évidemment m'interpeller toute la soirée pour que je les présente." Pas de temps mort pour Cupidon.

La prochaine soirée, "dansante avec repas", a lieu dans le restaurant O'Nomade de Charleville-Mézières, le vendredi 9 septembre. Il n'y a plus qu'à réserver, passer un bon moment... et qui sait, trouver l'amour : le vrai.