REPLAY - Municipales 2020 à Rethel (Ardennes) : ce qu’il faut retenir du débat de l’entre-deux tours

Le second tour des élections municipales se déroulera le dimanche 28 juin. À Rethel dans les Ardennes, deux candidats se feront face. Ils ont débattu, ce mercredi 17 juin, sur le plateau de France 3 Champagne-Ardenne. L’attractivité de la commune et sa qualité de vie ont été au cœur des débats.
Les deux candidats qualifiés au second tour à Rethel : à gauche Renaud Averly, pour Rethel Avenir (45,71%), à droite Joseph Afribo (46,22%). Au centre : Laurence Laborie.
Les deux candidats qualifiés au second tour à Rethel : à gauche Renaud Averly, pour Rethel Avenir (45,71%), à droite Joseph Afribo (46,22%). Au centre : Laurence Laborie. © France Télévisions

D’ici deux semaines, les Rethélois seront amenés à se rendre aux urnes pour élire leur nouveau maire. Ils départageront ainsi les deux candidats étiquetés Divers droite, encore en lice pour le second tour. Joseph Afribo, qui mène la liste « Servir Rethel », était arrivé premier d’une courte tête, avec 46,22 % des voix. Avec à peine 14 voix de plus, il a ainsi devancé son adversaire Renaud Averly, tête de liste pour « Rethel Avenir » (45,71 %). Le taux de participation au premier tour, était de 45,83 %. 

Avec 7662 habitants, Rethel constitue la 3ème ville des Ardennes. Le maire sortant Guy Deramaix ne se représente pas après 15 ans et trois mandats à la tête de la ville, en raison de son état de santé. Les deux candidats se sont toutefois voulu rassurants, en déclarant d’entrée que ce dernier allait mieux. L’édile avait par ailleurs apporté son soutien à Renaud Averly. 

Le débat du second tour à Rethel

Des élus expérimentés

Chacun des deux hommes a fait valoir son expérience d’élu. Pour Renaud Averly, il s’agit de son mandat comme maire de Corny-Machéroménil, mais aussi de président de la communauté de commune du Pays rethélois. Joseph Afribo a rappelé lui, ses 32 ans d’expérience comme maire de la commune d'Acy-Romance, avoisinant elle aussi Rethel.
 

Redonner de l’attractivité à Rethel

D’emblée, l’attractivité économique de Rethel s’est imposée comme le thème principal du débat. Avec 23 % de taux de pauvreté dans la commune selon l’Insee (contre 14 % au niveau national en 2017), et 19 % de taux de chômage pour les 15-64 ans (Insee, 2016), la situation économique de la ville est l’un des sujets de l’élection. La commune a toutefois un atout : elle se situe entre deux bassins importants d’emplois dans la région, Reims et Charleville-Mézières. 

Renaud Averly a assuré qu’il ne voulait pas faire de Rethel « une cité-dortoir », mais une « place-forte » pour l’emploi. Pour cela, il a annoncé vouloir miser sur l’attractivité du centre-ville. « Je suis persuadé que l’activité amène l’activité. Nous assisterons les commerçants pour cela, pour les aider à se relancer après la crise. » Il s’est par ailleurs félicité de l’implantation de trois sites industriels dans le secteur. 

Face à lui, Joseph Afribo a tenu à rappeler qu’une grande partie des compétences économiques de la municipalité incombait à la communauté de commune. À ce titre, il souhaiterait "la création d’un poste d’adjoint dédié au développement économique, qui aurait pour mission d’échanger avec la communauté de commune et la région."

Rethel en chiffres

 


Bon d’achat pour les foyers Rethélois : la proposition fait polémique

Parmi les propositions avancées par Joseph Afribo, la création d’un bon d’achats d’une valeur de 50 euros à destination des foyers rethélois a créé des tensions. Car de l’autre côté du plateau, Renaud Averly a fustigé une idée qu’il juge « un peu populiste ». « Est-ce que je dois proposer 100 euros par mois alors ? » ironise-t-il. 

« Tout est budgété », répond Joseph Afribo, qui estime que cette mesure pourrait permettre de relancer le pouvoir d’achat des Rethélois et aider les commerces, son opposant craint qu’elle ne pèse sur les finances de la ville. « Ne jamais augmenter les impôts, c’est ma marque de fabrique », conclut-il. 


Des points d’accords entre les deux rivaux

Au sujet du Groupement hospitalier Sud-Ardenne, les deux candidats se sont entendus sur la nécessité de maintenir une structure de soin de proximité, qui ne soit pas absorbée par un ensemble plus large. 

Même constat pour la nécessité des travaux de voirie. Renaud Averly a annoncé qu’un montant compris entre 1 et 2 millions d’euros serait prévu pour les travaux, une somme que Joseph Afribo estime cependant insuffisante.

Concernant le cadre de vie à Rethel, ce dernier a tenu à mettre en avant son projet de réaménager la halte fluviale pour la rendre plus accueillante. Même souhait pour la tête de liste « Rethel Avenir », qui envisagerait la construction d’aménagements autour de la zone fluviale mais aussi de la gare. 


 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections