Sedan : un jeune adulte sème la terreur devant un établissement scolaire, deux lycéens et des professeurs agressés

La scène se passe jeudi 21 janvier 2021, un jeune homme s'est introduit dans la cour du lycée Saint Jean-Baptiste Clément à Sedan. Il a agressé physiquement et verbalement des élèves et des personnels scolaires. 4 plaintes ont été déposées, l'individu a été placé quelques heures en garde à vue. 

Le lycée professionnel de Sedan où se sont déroulées les agressions.
Le lycée professionnel de Sedan où se sont déroulées les agressions. © Google maps

De la violence gratuite, pour un motif futile parti des réseaux sociaux. La scène vécue par des lycéens, des professeurs et des conseillers d'éducation n'aurait jamais dû se passer.  

A Sedan, le 21 janvier 2021 vers 15h30, un jeune adulte s'est introduit à l'intérieur du lycée Saint Jean-Baptiste Clément. "Il est passé par la porte, comme tout le monde et il s'est retrouvé dans la cour" raconte un témoin de la scène. Passablement énervé, le jeune homme a agressé physiquement et verbalement plusieurs élèves, deux jeunes âgés de 15 ans, ainsi que plusieurs membres du corps enseignant. L'un des deux jeunes a été pris à partie vers midi devant le lycée, l'individu a voulu lui voler sa mobylette. Le second a été giflé et agressé dans l'établissement.       

"Mon fils a reçu des claques, il s'est défendu, il ne s'est pas laissé faire. L'individu a également bousculé des professeurs et visiblement les a copieusement insultés", rapporte le père d'un des jeunes agressés. "J'ai emmené mon fils aux urgences jeudi soir, les médecins ont constaté des blessures plus morales que physiques. Puis j'ai porté plainte le lendemain, vendredi matin."  

 

Plusieurs plaintes déposées

Et il n'était pas tout seul au commissariat. Au moins trois autres plaintes ont été déposées. Dont celles du proviseur du lycée et l'un des professeurs agressés. "Nous ne pouvions pas laisser passer ça", explique Philippe Decobert, le proviseur du lycée professionnel. "Nous avons porté plainte pour intrusion. La police est intervenue. Nous connaissons l'individu. C'est un ancien élève, il connaissait les locaux, ce qui a facilité son intrusion dans l'établissement. Il va bientôt comprendre la portée de son geste. Nous sommes tous, l'ensemble de l'équipe pédagogique, très attentifs.

L'auteur des faits a été interpellé puis placé en garde à vue. Il serait défavorablement connu des services judiciaires. "A l'issue de sa garde à vue, il a été vu aux abords de l'établissement, comme si de rien n'était" explique un témoin. "Cela crée une ambiance de méfiance, de peur voire de terreur. Car ce jeune adulte trainaît régulièrement devant l'établissement! Et il y retourne dès sa sortie de garde à vue." Les parents d'élèves s'étonnent d'une telle intrusion "dans un contexte de plan vigipirate" 'indigne un père de famille. 

Une brouille sur les réseaux sociaux

Tout est parti d'une histoire rocambolesque sur les réseaux sociaux. Le jeune adulte se serait introduit dans le lycée pour une "histoire de vengeance et de copine." Sa copine vient de le quitter, son nouveau petit ami écrit sur les réseaux : "Celui qui le tape, je lui donne 50 euros." Il se fait alors courser par quatre jeunes qui ont lu ce message espérant "gagner 50 euros". Il veut les retrouver, c'est pour cette raison qu'il serait rentré dans le lycée. Voilà sa ligne de défense. Il a en fait agressé - au hasard - des lycéens qu'ils ne connaissaient pas.    

Un fait divers qui survient dans un contexte national lourd. Yuriy, élève en classe de 3ème, a été passé à tabac en fin de semaine dernière dans le 15e arrondissement de la capitale par une dizaine d'individus alors qu'il sortait de son collège. Alertés par des témoins, les policiers et les pompiers sont rapidement arrivés sur place. Les agresseurs avaient déjà pris la fuite. La victime était toujours au sol. Pris en charge par les secours, Yuriy avait été admis à l'hôpital en urgence.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers éducation