Aube : la prison de Clairvaux vide ses égouts directement dans la rivière

Publié le Mis à jour le
Écrit par Florent Boutet .

Des détritus et de la matière fécale non traitée. C'est ce qui se déverse quotidiennement dans la rivière qui coule à Ville-sous-la-Ferté (Aube). La commune abrite la prison de Clairvaux qui n'est pas raccordée aux égouts. L'administration pénitentiaire a refusé de répondre à nos questions.

Elle s'appelle La Merdeuse. Un nom presque prédestiné pour cet affluent de l'Aube. La rivière reçoit en effet quotidiennement les rejets de la centrale pétitentiaire de Clairvaux.

 

L'administration pénitentiaire dans l'illégalité

Malgré la construction d'un bâtiment fonctionnel dans les années 1960, en lieu et place de l'ancienne abbaye transformée en prison, l'établissement n'est toujours pas raccordée aux égouts. La connexion vers un système de traitement des eaux usées est pourtant obligatoire selon les normes sanitaires en vigueur.



La prison de Clairvaux, implantée à mi-chemin entre Troyes et Chaumont, a une capacité de 240 places réservées aux détenus les plus difficiles.

 
durée de la vidéo: 03 min 44
Des détritus et de la matière fécale non traitée. C'est ce qui se déverse quotidiennement dans la rivière qui coule à Ville-sous-la-Ferté (Aube). La commune abrite la prison de Clairvaux qui n'est pas raccordée aux égouts. L'administration pénitentiaire a refusé de répondre à nos questions.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité