Aube : un homme attaque ses enfants et son ex-femme à la hache, un appel à témoins lancé

Publié le Mis à jour le

Deux jumeaux de 11 ans ont été sérieusement blessés à la hache par leur père dans la nuit du vendredi 6 janvier à Montreuil-sur-Barse, dans l'Aube. Il s'est également attaqué à son ex-femme avant d'incendier la maison. L'homme est pour l'instant introuvable, un appel à témoins est lancé.

Les faits se sont produits dans la nuit du vendredi 6 au samedi 7 janvier 2023 à Montreuil-sur-Barse, commune d'environ 300 habitants située à quelques kilomètres au sud-est de Troyes, dans le département de l'Aube.

Un homme de 46 ans a attaqué ses deux enfants, des jumeaux de 11 ans, à la hache. "Ils sont sérieusement blessés. Ils ont été pris en charge médicalement. Ils ont été hospitalisés et mis en sécurité", a indiqué ce dimanche 8 janvier la procureure de la République de Troyes, Julie Bernier, qui a pris la parole lors d'une conférence de presse.

La mère qui tentait de s'interposer a également été touchée. Elle présente des blessures plus légères notamment aux mains, mais est extrêmement choquée. Par la suite, l'auteur présumé des faits a mis le feu à la demeure avant de prendre la fuite.

Les forces de l'ordre, appelés par la mère de famille peu avant minuit, sont rapidement venus à son secours. "Les gendarmes ont pu secourir les enfants et la femme avec l'aide d'habitants qui étaient sur place, en formant une chaîne et une échelle humaine pour récupérer les enfants au premier étage de l'habitation", a précisé le colonel François Goetz, commandant du groupement de gendarmerie de l'Aube.

Des traces de sang dans son véhicule

Des recherches ont été immédiatement lancées pour tenter de retrouver l'homme. Dès la nuit de vendredi à samedi, une trentaine de gendarmes ont quadrillé le secteur, sans mettre la main dans l'immédiat sur le père de famille.

Dans les heures qui ont suivi, un total d'environ cinquante militaires ont participé aux opérations. D'importants moyens ont été mis en œuvre. Un hélicoptère a été mobilisé pour réaliser une reconnaissance aérienne. Deux équipes cynophiles ont également travaillé sur cette affaire.

Le véhicule du suspect a été découvert à quelques kilomètres de la maison. "On ne sait pas s'il est affaibli, mais cet homme s'est blessé. Des traces de sang ont été découvertes dans le véhicule mais aussi sur l'itinéraire de fuite qui a été mis en évidence par ces traces de sang mais aussi par les chiens qui ont été mobilisés pour retrouver la trace de cet homme", a indiqué la procureure de Troyes.

Un appel à témoins lancé

Le parquet a ouvert une enquête pour des faits de tentative d'assassinat et destruction par incendie. Un appel à témoins a été lancé. Si vous avez aperçu le suspect ou si vous pouvez apporter des éléments utiles aux autorités, il faut contacter immédiatement la gendarmerie au 06 43 77 24 09 ou composer le 17 en cas d'urgence. "Il est important que tout personne qui a des informations, quelles qu'elles soient, même si elles peuvent paraître anodines, les communique tout de suite aux services de gendarmerie", insiste la procureur de Troyes, Julie Bernier.

Une plainte pour violences conjugales

Le couple, qui n'était pas marié, était en train de se séparer. L'homme ne travaillait pas et n'avait jamais été condamné par la justice. Mais son ex-compagne avait déposé une plainte contre lui pour des violences conjugales qualifiées de "légères" par la procureure en août 2022. Il avait été placé en garde à vue et avait ensuite été convoqué devant un délégué du procureur. Plusieurs mesures avaient été décidées.

Dans le village, le drame a choqué de nombreux habitants. "Je ne sais pas du tout ce qui s'est passé dans sa tête pour en arriver là et frapper ses enfants à coups de hache", a indiqué à notre équipe sur place le maire Philippe Sauvage, qui décrit le père comme un homme "très réservé, discret".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité