Romilly-sur-Seine : gros incendie chez Tractel, du chômage technique à prévoir

Un incendie a dévasté 7.000 m² de surface de production et de stockage dans l'entreprise Tractel, à Romilly-sur-Seine (Aube). Le sinistre est survenu dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 septembre. Une partie du personnel risque le chômage technique.

Un feu s'est déclaré dans un entrepôt de l'entreprise Tractel, à Romilly-sur-Seine (Aube). L'incendie, d'ampleur, est survenu dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 septembre 2021. 

Le service départemental d'incendie et de secours (Sdis) de l'Aube a dépêché une cinquantaine de pompiers sur place. Conséquence de l'incendie : une partie du personnel risque de se retrouver au chômage technique. 

Ce hangar est dédié à la finition et à la préparation des expéditions de cette entreprise majeure du tissu industriel romillon. Une société reconnue pour son savoir-faire dans la fabrication d'engins et d'équipements dédiés à la manutention. Le site est situé en banlieue ouest de l'agglomération, plus précisément à Saint-Hilaire-sous-Romilly (Aube, visible sur la carte ci-dessous).


Selon le Sdis, joint par France 3 Champagne-Ardenne, les secours ont été prévenus "vers 1 heure du matin" et l'équipage des pompiers (53 au plus fort de la lutte contre le feu) est arrivé sur place "dans la foulée". De gros moyens ont été déployés, notamment :
- un véhicule de poste de commandement (VPC)
- une cellule d'éclairage, ventilation, et d'assistance respiratoire (Cevar)
- trois fourgons pompe-tonne (FPT)

Un bilan préliminaire ne fait état d'aucune personne blessée. Côté matériel, on estime à 7.000 m² l'étendue des structures détruites (situation visible dans la vidéo Facebook ci-dessous).
 

La propagation du feu "vers le laboratoire" a pu être "interrompue". La majorité du dispositif avait été "levée" dans la matinée du 22 septembre.

Mais les pompiers doivent "s'attarder sur des foyers résiduels". On parle d'un sinistre dans un lieu à "charpente métallique : la structure s'est affaissée".

Néanmoins, les faits sont "moins graves" que prévu. Le chômage technique, dont on craignait qu'il puisse concerne une centaine de personnes, ne devrait a priori n'en concerner "seulement" qu'une trentaine.

L’opération des pompiers est de grande envergure, et on ignore encore quand elle se terminera précisément. Une enquête doit déterminer l'origine de l'incendie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers économie industrie