Aube : un an après les faits, le compagnon de Jean-Marie Reiter mis en examen pour meurtre

Ce vendredi 5 juin, un viticulteur quinquagénaire du secteur de Bar-sur-Aube a été mis en examen pour homicide volontaire sur la personne de Jean-Marie Reiter, un homme de 70 ans retrouvé mort baignant dans son sang à son domicile de Longchamp-sur-Aujon (Aube), l'an dernier.
La maison de la victime, Jean-Marie Reiter, à Longchamp-sur-Aujon
La maison de la victime, Jean-Marie Reiter, à Longchamp-sur-Aujon © Archves/Aurore Trespeux/France Télévisions

Selon un communiqué du Parquet du tribunal de Troyes, un quinquagénaire sans antécédent judiciaire a été placé sous mandat de dépôt, ce vendredi 5 juin au matin par le juge des libertés et de la détention. Le 1er juin 2019, c’était lui qui était venu signaler aux gendarmes avoir découvert le corps sans vie de Jean-Marie-Reiter, un habitant de Longchamp-sur-Aujon (Aube). Une information judiciaire contre X du chef d’homicide volontaire avait été ouverte, l’enquête étant confiée à la section de recherches de Reims ainsi qu’à la brigade de recherches de Bar-sur-Aube

Des incohérences dans ses déclarations

Placé en garde à vue depuis mardi 3 juin, suite à des incohérences dans ses déclarations au cours de l’enquête, celui qui s’était révélé être le compagnon de la victime a tout d’abord nié les faits. Mais, selon le procureur de la République, Sophie Macquart Moulin, "l’individu a ensuite reconnu s’être disputé avec la victime le 30 juin 2019 et lui avoir porté un coup de couteau mortel dans le dos." L’autopsie réalisée à l’époque avait révélé que ce dernier présentait plusieurs plaies par arme blanche au niveau du cou ainsi qu’une plaie dorsale ayant emporté une partie de l’aorte.

Une rupture est-elle à l’origine de l’altercation ? Y a-t-il eu un différend d’ordre financier ? s’interroge le Parquet qui reconnaît que le mobile reste à préciser. Le mis en cause serait en tout cas décrit par l’entourage de la victime comme ayant pu profiter de l’argent de cette dernière.  

Concernant l’arme, les investigations doivent également se poursuivre mais le suspect a orienté les enquêteurs vers un couteau présent sur le lieu du crime. La peine maximale encourue pour un homicide volontaire est de 30 ans d'emprisonnement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers