Aube : le masque n'est plus obligatoire au centre de Troyes, mais reste maintenu dans certains espaces publics

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matthieu Mercier
Le masque n'est plus obligatoire au centre de Troyes, mais reste nécessaire dans certains lieux publics du département de l'Aube.
Le masque n'est plus obligatoire au centre de Troyes, mais reste nécessaire dans certains lieux publics du département de l'Aube. © Joël Saget / AFP

Le préfet de l'Aube a annoncé que le masque ne serait plus obligatoire au centre-ville de Troyes, mais reste nécessaire quand la distanciation physique n'est pas possible.

Fini le port du masque au centre-ville de Troyes, dans le périmètre du "Bouchon". Le préfet de l'Aube l'a annoncé ce jeudi 30 septembre. "Les indicateurs de suivi de l'épidémie du COVID-19 font apparaître une amélioration de la situation sanitaire dans l'Aube ces derniers jours. Depuis la mi-septembre, le taux d’incidence a été plusieurs fois inférieur à 50 pour 100 000 habitants".

Mais il précise également que le masque reste nécessaire à certains endroits face à la stabilisation, "encore fragile", du taux d’incidence dans l’Aube en-dessous du seuil de 50 pour 100 000 habitants, et compte-tenu de la période automnale, propice à la propagation des virus respiratoires. 

Où le masque reste-t-il obligatoire ? 

Stéphane Rouvé, le préfet de l’Aube maintient donc l’obligation du port du masque, pour toute personne de 11 ans et plus dans les lieux et situations à forte fréquentation non soumis au pass sanitaire et ne permettant pas de respecter les règles de distanciation physique ou conduisant à des interactions prolongées entre les personnes, à savoir :

• Les marchés, les vide-greniers, brocantes et ventes au déballage

• Les abords des accès des établissements scolaires publics ou privés, des établissements d’enseignement supérieur publics ou privés, des centres de formation et d’apprentissage, des établissements d’accueil collectifs de mineurs (centres de loisirs, crèches…) et des établissements culturels publics ou privés, lors des entrées et sorties des personnels et du public accueillis ; • Les abords des gares ainsi que les abris de bus ;

• Les abords des entrées et sorties des lieux de culte, lors des offices et cérémonies ; • Les abords et files d’attente des centres commerciaux, grandes surfaces et centres de marques, en période d’ouverture de ces établissements. 

• Les abords et files d’attente des stades et salles omnisports, en période d’ouverture de ces établissements ; • Les rassemblements et regroupements sur la voie publique • Les abords des accès des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et des établissements sociaux et médico-sociaux.

Des assouplissements 

Dans ce contexte, le préfet de l’Aube a décidé, en concertation avec le maire de Troyes, de lever l’obligation du port du masque, pour toutes les personnes de onze ans et plus dans le périmètre dit du « Bouchon de Champagne ».

Dans le parc d’attractions Nigloland, seul le passe sanitaire s’applique. Le port du masque sur les parkings d’un certain nombre d’établissements n’est plus obligatoire. Il le demeure à leurs abords.

Quant au pass sanitaire, il continue d’être exigé dans les établissements et les rassemblements où le brassage du public est le plus à risque sur le plan sanitaire. A compter de ce jour, cette obligation s’applique aux personnes de 12 ans et deux mois à 17 ans.

Vous pouvez retrouver la liste des lieux où le passe sanitaire est obligatoire sur le site gouvernemental dédié. Le préfet de l’Aube, appelle les Aubois à la plus grande vigilance et à respecter les gestes barrières. Si le taux d’incidence était amené à augmenter, de nouvelles mesures seraient prises pour la santé et la sécurité de la population. Le représentant de l'Etat rappelle également la nécessité de se faire vacciner pour se protéger soi-même et protéger les autres. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.