Coronavirus : pourquoi l'Aube passe en couvre-feu à 18 heures dès samedi

La situation sanitaire se dégrade en France et la menace du variant britannique du Covid-19 plane chaque jour davantage. Le premier ministre a annoncé des mesures plus strictes ce jeudi, et notamment un couvre-feu partout. L'Aube n'y a cette fois pas coupé !

Illustration : Couvre-feu à 18h , fermeture des commerces.
Illustration : Couvre-feu à 18h , fermeture des commerces. © Antoine Tomaselli - Maxppp

Cela bruissait depuis quelques jours, l'annonce est désormais officielle, l’Aube voit le couvre-feu passer de 20 heures à 18 heures. C'était jusque-là le seul département de Champagne-Ardenne à pouvoir profiter de deux heures supplémentaires hors de chez soi. Ce n'était déjà plus le cas pour la Marne, la Haute-Marne et les Ardennes depuis le 2 janvier. Cette mesure censée endiguer la propagation du virus est désormais imposée sur l'ensemble du territoire à de nouveaux départements qui s'approchent du seuil épidémique fatidique fixé par le gouvernement.

Toute la France est désormais soumise au couvre-feu dès 18 heures. Le couvre-feu commencera pour les nouveaux départements ce samedi 16 janvier, il durera deux semaines au moins. Les autorités sanitaires justifient cette décision par un taux d’incidence trop élevé. "Une situation maîtrisée grâce aux efforts de chacun, meilleure que chez nos voisins européens mais elle reste fragile", a expliqué Jean Castex, le premier ministre lors de la conférence de presse. 

Covid : taux d'incidence Grand Est
Infogram

Covid : taux d'incidence Grand Est
Infogram

Le taux d'occupation des lits en réanimation s'avère également préoccupant dans les départements. Dans 44 d'entre-eux, ce taux dépasse 60% ... C'est même 83% dans l'Aube. A cela vient s'ajouter la menace du variant britannique du Covid-19 qui représente désormais environ 1% des tests positifs. Le ministre de la santé a rappelé que "les écoles resteront ouvertes mais que leur surveillance sera renforcée." 

Mais un couvre-feu deux heures plus tôt peut-il vraiment casser la dynamique de “troisième vague” en cours sur plusieurs territoires ? Durcir encore le couvre-feu en interdisant toute activité dès 18h peut-il avoir un impact ? En tous cas, cela pourrait la ralentir la circulation du virus avant un éventuel reconfinement.

Le couvre-feu utile ?

Ce que l’on a constaté ces derniers mois, c’est que le couvre-feu fonctionne. Mais il est certain qu'il reste moins décisif qu’un confinement total pour casser les chaînes de contamination. 

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a affirmé ce mercredi 13 janvier que dans tous les départements où le couvre-feu a été avancé à 18 heures, «la circulation du virus est moins importante que dans d'autres départements français». Dans la Marne et les Ardennes par exemple, cela a permis de fire chuter régulièrement leur taux d'incidence, mais pas de manière spectaculaire, cela reste très élevé.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran avait expliqué ce jeudi matin en déplacement à Metz avec Jean Castex que le gouvernement est «dans une démarche empirique» concernant le couvre-feu. «Est-ce que ça marche ou pas, on verra», a-t-il déclaré. Mais dans tous les territoires concernés, «avec dix jours de recul», le taux d'incidence (nombre de nouveaux cas diagnostiqués pendant une période donnée) a «augmenté de 16%», alors que dans les autres départements, soumis à un couvre-feu dès 20h, on a une «augmentation de 43%», a-t-il ajouté. D'autres mesures, plus strictes et plus drastiques pour les contrôles aux frontières ont également été annoncées ce jeudi lors de cette conférence de presse.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société