Covid 19 : ce qui change dans l'Aube désormais confinée pour quatre semaines

Le département de l'Aube a rejoint le 25 mars la liste des seize départements déjà "reconfinés". Le taux d'incidence du Covid 19 progresse toujours et atteint les 470 pour 100 000 habitants. 

L'entrée des urgences de l'hôpital de Troyes.
L'entrée des urgences de l'hôpital de Troyes. © Olivia Garett, FTV

Ce jeudi 25 mars, le ministre de la Santé a annoncé, le nom des départements qui ont rejoint la liste des 16 départements qui connaissent déjà des "mesures de freinage" renforcées liées à l'épidémie de Covid 19. Comme attendu, l'Aube, mais aussi la Nièvre et le Rhône, passe en mesures de freinage renforcées "à partir de ce vendredi 26 mars à minuit pour une durée de quatre semaines". Autrement dit, le département est reconfiné. Dans ce territoire de 300.000 habitants, comme les autres soumis au même régime, les déplacements inter-régionaux sont interdits, sauf motif impérieux ou professionnel, les commerces de première nécessité restent ouverts, les écoles maternelles et primaires, ainsi que les collèges restent ouverts. Les lycées passent en demi-jauge.

A partir de vendredi minuit (dans la nuit de vendredi à samedi), les déplacements sont autorisés de 6h à 19h dans un rayon inférieur à 10 kilomètres, avec un justificatif de domicile. Pour une distance supérieure, ou pendant le couvre-feu de 19h à 6h, il faut un attestation dérogatoire.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s’était exprimé mercredi 23 mars sur la situation sanitaire à la sortie du Conseil des ministres. Avec une annonce principale : la "vigilance accrue" portée sur trois nouveaux départements, à savoir le Rhône, l’Aube et la Nièvre. Autrement dit, le retour des mesures renforcées pour les habitants de ces départements. Le taux d'incidence dans l'Aube était de 453 pour 100.000 habitants ce 24 mars selon l'ARS Grand Est. 

Dans l'Aube, on assiste à "une montée spectaculaire" du taux d'incidence de l'épidémie de coronavirus Covid-19, "avec une amplitude qui interpelle", a affirmé mercredi 24 mars sur franceinfo Philippe Pichery, le président DVD du conseil départemental de l'Aube. "On a eu une montée régulière, avec quelques points d'accélération. Aujourd'hui, l'inquiétude est là avec un taux d'incidence qui est tout près de 450", détaille l'élu. 

Depuis samedi 20 mars, dans les seize départements concernés par cette hausse du virus, dont toute la région parisienne, les Hauts-de-France, une partie de la Normandie et les Alpes-Maritimes, des commerces ont dû fermer, les déplacements sont limités à dix kilomètres, sauf motif dérogatoire, et le gouvernement a renforcé ses appels au télétravail et à ne pas inviter d’amis chez soi. En se basant sur les directives des préfectures limitrophes, voici ce que l'on peut en déduire comme effets pour l'Aube. 

Attestations dérogatoires

Si l'Aube intègre cette liste, les attestations de déplacement dérogatoire seront obligatoires pour se déplacer entre 6h et 19h dans les départements concernés par les mesures renforcées. Le non-respect de l'ensemble de ces mesures entrainera une amende de 135 euros, majorée à 375 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention). En cas de récidive dans les 15 jours : une amende de 200 euros, majorée à 450 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l'avis de contravention). Après 3 infractions en 30 jours : une amende de 3750 euros passible de 6 mois d'emprisonnement.

Seuls les commerces définis dans un décret continueront à accueillir du public. La vente à emporter sur commande, (click and collect) pourra continuer à fonctionner. Dans les grandes surfaces autorisées à ouvrir, et afin d’assurer une équité tout en réduisant le nombre de personnes susceptibles de les fréquenter, seuls les rayons proposant des produits correspondant à ceux des petits commerces ouverts demeureront accessibles ainsi que les produits de toilette, d’hygiène, de puériculture.

Covid : taux d'incidence Grand Est
Infogram

Les commerces ouverts et fermés

Il n’y aura pas de changement dans les conditions actuelles d’ouverture au public des marchés de plein air. Dans les marchés couverts, seuls les commerces alimentaires ou proposant la vente de plantes, fleurs, graines, engrais, semences et plants sont autorisés. Les commerces de véhicules automobiles ne pourront accueillir du public que sur rendez-vous.

Les écoles et collèges restent ouverts, ainsi que les lycées en demi-jauge Les écoles et les collèges et leurs cantines resteront ouverts dans l’Aisne. Les lycées basculeront tous en « demi-jauge ». Les universités continueront à fonctionner selon les règles actuelles. L’éducation physique et sportive sur le temps scolaire est autorisée, y compris dans les gymnases et les salles polyvalentes.

Les activités physiques et sportives dans le cadre d’activités périscolaires ou extrascolaires demeurent interdites au sein des établissements couverts mais autorisées en plein air. Les déplacements sont possibles dans certaines conditions Les sorties hors période de couvre-feu (donc en journée) devront se faire muni de l’attestation dérogatoire prévoyant les différents cas autorisés. Les déplacements à des fins d’activité physique individuelle ou de promenade (le cas échéant avec les personnes d’un même domicile) sont possibles dans le département, sans condition de durée, dans un rayon maximal de dix kilomètres autour du domicile. Un justificatif de domicile peut suffire dans ce cas.

Les déplacements hors du département sont interdits sauf exceptions. Les déplacements hors du département ne sont pas permis sauf motifs impérieux ou professionnels listés dans l’attestation. Pour le reste, les déplacements ne sont donc autorisés qu’au sein du département, avec une tolérance de 30 km autour du lieu de résidence permettant aux personnes proches des limites d’un département de se rendre dans un autre (hormis pour l’activité physique et de promenade).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société