Covid-19 : réactions au confinement dans l'Aube, pour François Baroin, il faut envisager la fermeture des écoles

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Schmitt
Le maire de Troyes (LR) François Baroin a fait part de son inquiétude sur la situation des écoles face au Covid 19, "leur fermetures ne doit pas être tabou".
Le maire de Troyes (LR) François Baroin a fait part de son inquiétude sur la situation des écoles face au Covid 19, "leur fermetures ne doit pas être tabou". © Ville de Troyes - Capture écran Facebook

C'était une annonce très attendue et largement anticipée, ce jeudi 25 mars, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé le passage de l'Aube en "mesures de freinage renforcé". Pour le maire de Troyes, la question de la fermeture des écoles doit être étudiée, face au variant britannique. 

C'est fait ! Avec un taux d'incidence de 470 ce jeudi 25 mars, l'Aube intègre la liste des départements placés en zone de "mesures de freinage renforcé". Une annonce largement anticipée et faite lors de sa conférence de presse par le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Un confinement qui ne dit pas son nom avec notamment une attestation dérogatoire obligatoire à remplir pour toute sortie et des commerces qui peuvent ouvrir seulement s'ils font partie d'une liste définie par la préfecture. Les écoles et les collèges restent ouverts ainsi que les lycées en demi-jauge. Les déplacements hors du département sont interdits sauf exception. 

François Baroin "une décision inévitable"

Le maire (LR) de Troyes, François Baroin, qui plaidait pour un confinement de 21 jours une semaine plus tôt, s'est logiquement montré satisfait de cette annonce tout en laissant attendre qu'il faudrait encore, selon lui, aller plus loin sur la question des écoles. "C'était une décision inévitable. Il y a quatre semaine Troyes et le département étaient en dessous de la moyenne nationale sur le taux d'incidence et le variant britannique était peu présent, quatre semaines plus tard la situation est hors de contrôle. Je demande aux Aubois malgré la lassitude de respecter le mieux possible et le plus durablement possible les mesures qui sont proposées.

Je pense que l'on a perdu beaucoup de temps, on savait qu'on aurait un mur au 15 mars. Désormais la question d'une éventuelle fermeture des écoles doit également être posée, ce ne doit pas être un tabou. Si on veut stopper la propagation du virus il faut poser la problématique des zones où le virus se développe et les écoles font partie des zones où le virus se développe. Je pense également que les personnels qui travaillent auprès des enfants doivent être considérés comme public prioritaire pour la vaccination.

Fermetures de classes en Champagne-Ardenne
Infogram

L'hôpital de Troyes est saturé, il y a eu des transferts de malades à Auxerre en milieu de semaine. Il faut garder des lits de réanimation pour ce qui n'est pas Covid, un accident de la circulation dans l'Aube à minuit avec une personne qui doit aller en réanimation par exemple, cette personne doit pouvoir être accueillie, mais on a le même nombre de lits qu'il y a un an."

Soulagement à l'hôpital : "on n'en peut plus"

Dans le prolongement des propos du maire de Troyes, Pascal Barbery, secrétaire général FO santé à l'hôpital de Troyes se félicite de ce confinement même s'il déplore le manque de moyens et d'aide de l'Etat.  "C'est important parce qu'aujourd'hui le personnel hospitalier n'en peut plus, il est usé, on n'en peut plus! Il nous manque toujours des lits, des respirateurs, on fait ce qu'on peut avec les moyens que l'on a. On récupère des personnels en pleurs. Le préfet doit réquisitionné les cliniques privés et les personnels retraités pour aider. On a des solutions, le problème c'est que l'on ne nous écoute pas. Concernant le confinement d'accord on ne pourra peut-être pas partir en vacances, d'accord il y aura peut-être des problèmes psychologiques mais nous on est en première ligne et on n'en peut plus !"

 

"Je me refuse à être inquiète", positive une commercante troyenne

Du côté des commerces qui vont devoir fermer boutique comme les magasins de vêtements, cette gérante troyenne veut rester positive malgré tout. "Je me refuse à être inquiète. J'ai une clientèle très solidaire, fidèle, qui nous prouve qu'elle est là pour nous aider à résister. On est en contact sur la page facebook, sur instagram et je pense que les clientes vont jouer le jeu. Tout le monde essaye de s'en sortir. Ce sera toujours moins que le chiffre d'affaires classique mais on peut arriver, en click and collect, à faire des journées parfois similaires à des journées classiques", expose Khan Fouzia, gérante d'Ikone.

 

Covid : taux d'incidence Grand Est
Infogram

Le taux d'incidence, nombre de cas de covid-19 pour 100.000 habitants, reste sur des niveaux record dans le département de l'Aube. Ce jeudi 25 mars, il est de 470 (il était de 349 une semaine plus tôt) soit plus que certains départements repassés en confinement depuis le samedi 20 mars. Avec un tel chiffre avant la conférence de presse d'Olivier Véran, le département aubois se retrouvait en pôle position des territoires non-confinés qui pouvaient basculer sous un nouveau régime de confinement dès cette semaine avec le Rhône (386) et la Nièvre (329).

Vendredi 26 mars, le porte-parole du gouvernement Grabiel Attal est attendu dans l'Aube. A la veille de l’entrée en vigueur dans l’Aube de ces mesures renforcées et aux côtés du maire de Troyes, il se rendra d’abord dans deux centres de vaccination. Ils visiteront ensemble un centre ouvert en semaine, puis un mégacentre de vaccination installé au Cube de Troyes, opérationnel le week-end et dont les capacités seront doublées.

La campagne vaccinale s’intensifie et sera élargie à toutes les personnes âgées de plus de 70 ans, dès ce samedi, confirme la préfecture de l'Aube. Gabriel Attal se rendra ensuite dans un Ehpad où, "grâce à la vaccination, les mesures sanitaires ont pu être allégées et les visites facilitées". Une réunion avec les services de l’Etat et les élus est prévue en préfecture, pour échanger sur les nouvelles mesures de freinage qui s’appliqueront dès samedi 27 mars, et préparer leur mise en œuvre.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.