• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Du toilettage pour chien à l'élevage de chèvres dans l'Aube

Sébastien Patient avec ses chèvres / © Sébastien Patient
Sébastien Patient avec ses chèvres / © Sébastien Patient

Sébastien Patient est un ancien champion du monde de toilettage pour chien. A 40 ans, il a décidé de tout changer pour devenir éleveur à Saint-Phal dans l'Aube. Il ouvrira son exploitation aux visiteurs ce dimanche dans le cadre de l'opération "Un dimanche à la campagne".

Par Ophélie Masure

Il faut sans doute un grain de folie pour changer de vie. Sébastien Patient est de ceux-là, de ceux qui ont la fougue, le désir d'avancer sans état d'âme.

L'Aubois a aujourd'hui 42 ans. Il y a 2 ans, il décidait de se reconvertir. "A 40 ans, je me suis dit, le changement, c'est maintenant !", assure-t-il d'un ton rapide et percutant. 40 ans, à ses yeux, le dernier moment où l'on peut changer vraiment.
 

Un ancien toiletteur pour chien

Pendant 21 ans, Sébastien Patient avait été toiletteur pour chien.

J'avais un magasin qui marchait très bien à Troyes. Les gens venaient de toute la France pour faire toiletter leur animal.

En 2013, il est même sacré champion du monde de toilettage. Il donne alors des cours de perfectionnement "dans le monde entier".
 
Sébastien Patient a été champion du monde de toilettage en 2013 / © S.Patient
Sébastien Patient a été champion du monde de toilettage en 2013 / © S.Patient

Une forme d'effervescence qui finit par le lasser. L'excitation des premiers temps disparaît. Il va au concours sans stress, sans pression.

J’avais fait le tour de ce métier. Je me suis dit : 'Qu'est-ce que tu veux faire de plus ? Tu es arrivé au sommet.' Le toilettage, c'est strass et paillettes. Ça n'est pas l'amour du chien, c'est l'amour de la beauté du chien.

Sébastien Patient n'hésite pas longtemps. Un couple qui lui est très proche vend sa ferme à Saint-Phal dans l'Aube : il décide de la racheter et d'y lancer une fromagerie. Le lieu se nomme "la ferme des joncs".   
 

Le grand saut

Le pari correspond à un idéal, celui de partager l'amour des animaux, mais ça ne fait pas tout. "Je suis reparti à zéro financièrement. Je devais aller voir les banques, on ne me prenait pas toujours au sérieux". Son projet est suffisamment solide, il parvient à convaincre.
 
Après avoir vendu des toilettages pour chien, Sébastien Patient vend des fromages / © S.Patient
Après avoir vendu des toilettages pour chien, Sébastien Patient vend des fromages / © S.Patient
 

Eleveur, un métier prenant

Sébastien ne vit pas "d'amour et d'eau fraîche" comme il le souligne. "Moi, je veux faire du bon". Et pour ce faire, il faut avoir un plan d'action concret. Il investit dans des chèvres : un nombre précis, ni trop, ni trop peu. Pour produire de la qualité, il faut avoir de l'argent, acheter les vitamines, les minéraux, les soins, "avoir des thunes" forcément.

Un toilettage en boutique pouvait ramener 150 euros ; c'est un peu plus compliqué quand on vend des fromages de chèvre à 2,50 euros la pièce.

L'Aubois a choisi un métier difficile et prenant. Il le savait avant de s'engager.  En deux ans, il n'a jamais regretté son choix. "Je me suis même demandé pourquoi je ne l'avais pas fait plus tôt". C'est qu'il a trouvé un bonheur simple dans cette nouvelle vie : le plaisir de partager.

L'agriculture essentielle à nos vies

Sébastien vend ses fromages en direct, à la ferme ou sur les marchés. C'est important pour lui de pouvoir parler de ses produits, de partager. Surtout, il aime faire visiter son exploitation.

Quand j'ai repris l'exploitation, je voulais l'ouvrir à ceux qui n’ont pas la chance de voir des animaux au quotidien. C’est dommage de perdre nos racines. On ne sait plus comment vivent les animaux. Pourtant, notre vie dépend de l'agriculture. 

Dans sa ferme, il accueille donc des élèves de maternelle, de primaire, des personnes handicapées, des stagiaires du lycée agricole aubois de Saint-Pouange.  

Aux visiteurs, il se plaît à expliquer par exemple que, pour fabriquer un fromage de chèvre, il faut un litre de lait. Une chèvre ne produisant que peu de lait chaque jour, il faut accepter d'attendre. Le bien-nommé Sébastien Patient a cette qualité : "C'est le rythme de la nature. Il faut le respecter".
 
Certains citadins ne connaissent plus la nature / © S.Patient
Certains citadins ne connaissent plus la nature / © S.Patient


L'engagement ? 

A l'entendre ainsi, on s'interroge vite sur son engagement. Est-il animé par une forme de militantisme ? "Non, certainement pas", fuse-t-il. Que pense-t-il de l'agriculture biologique ? "Une mascarade. Le bio, c'est du commercial !" Que pense-t-il alors des exploitations démesurées en taille ? "Un manque de respect pour l'animal".

Le fermier de Saint-Phal a fait le choix d'une agriculture raisonnée, "l'agriculture de nos grands-parents". Pour autant, l'esprit de compétition est toujours là. L'ancien champion du monde de toilettage n'est jamais très loin. L'envie de se lancer dans des concours de fromages le tenaille. Son objectif : une médaille d'or pour ses fromages de chèvre. La preuve sans doute qu'on ne change jamais totalement.

Un dimanche à la campagne

Ce dimanche dans l'Aube, 57 sites ruraux ouvriront leurs portes. L’événement a rassemblé plus de 28.000 visiteurs l'an dernier. Il s'agira d'une découverte de l’agriculture auboise et la ruralité > Retrouvez l’agenda officiel de toutes les animations sur le site internet tourisme-troyes.com/agenda.  

Pour Sébastien Patient, ce dimanche à la campagne est une continuité dans l'action de partage qu'il mène toute l'année. Il proposera une grande foire aux bestiaux. Des artisans, commerçants, créateurs, fleuristes seront présents. Une chasse aux oeufs aura lieu à 11 heures. La ferme des joncs pourra être visitée ainsi que la fromagerie. Ne manquez pas le biberon du soir !

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus