Quand les boitiers bioéthanol restent sur les bras des garagistes

Dans l'Aube, depuis le début de l'année, les automobilistes semblent se détourner des boitiers bioéthanol qui permettent la conversion d'un véhicule essence vers l'E85. La hausse du prix du carburant à la pompe et la fin du dispositif d'aides de la Région Grand Est sont autant de causes à ce désamour à la grise mine des professionnels.

Derrière le comptoir d'accueil du garage Speedy, situé à la lisière du bouchon de Troyes, le contenu d'un carton attend désespérément de trouver preneurs. "Ça, c'est des boitiers qui viennent d'arriver pour des devis qu'on a faits il y a un an, et on ne va pas les installer", Jean Hannoun, le responsable de l’agence, est dépité. Il se retrouve aujourd’hui avec 4 boitiers Ethanol E85 sur les bras. Quatre boitiers qui lui ont coûté 500 euros chacun, ils étaient destinés à être montés sur des véhicules essences, mais leurs propriétaires ont finalement renoncé à l’opération, lassés par un délai de réalisation trop long. Si l’Ethanol avait un tigre dans son moteur en 2022, en 2023, c'est une toute autre histoire. "L'an passé, on n'assumait pas la demande. Les monter, ce n’était pas le plus dur… Le plus dur, c'était de les avoir.", explique Christophe Grolez, le mécanicien.

Si les gens doivent dépenser entre 900 et 1200 euros un boitier, sachant que l'éthanol a augmenté, ils doivent se demander si c’est encore intéressant de le mettre.

Il faut dire qu’il s’est passé un événement important dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier : la fin du "soutien à la conversion au bioéthanol" de la part de la Région Grand Est. En d’autres termes, exit l’aide de 250 euros pour les particuliers qui voulaient rouler plus vert. "Il y a eu trop de demandes d'un coup avec les aides du Grand Est", se souvient Christophe Grolez entre deux gorgées de café, "c'est vrai que le boitier est relativement élevé, on est entre 900 et 1 200 euros, c'est un frein pour les gens." L’autre cause à ce récent désamour pour l’installation d’un boitier bioéthanol, selon ce professionnel, c’est le prix du carburant, l’E85, qui est monté en flèche ces derniers mois.

Au début de l’année 2022, il était en moyenne de 0,74 euro le litre. Le 26 janvier 2023, dans un rayon de 20 km autour de Troyes, il faut débourser entre 1,06 euro/l et 1,24 euro/l (pour la station la plus éloignée). "Si les gens doivent dépenser entre 900 et 1 200 euros un boitier, sachant que l'éthanol a augmenté, ils doivent se demander si c’est encore intéressant de le mettre", conclut Christophe Grolez.

Toutefois, on est encore loin de la moyenne affichée par les autres carburants (E5, E10 et gasoil) dont le prix au litre se situe autour de 1,90 euro. Cette réalité, Sébastien en a bien conscience. Il a fait le choix du bioéthanol au début du mois de décembre. Pour transformer sa voiture âgée de 18 ans, "un V6 de 3 litres", il a opté pour une autre méthode que la pose d’un boitier : la reprogrammation du moteur. Une méthode qui n'est toutefois pas légale. L’investissement est deux fois moins lourd et, dans son cas, vite rentabilisé. "Je fais 30 000 km par an, 115 km par jour pour aller travailler. C'est 200, 220 euros d'économies par mois sur un véhicule comme le mien qui consomme beaucoup. L'investissement, en trois mois, je l'aurai amorti". Aujourd’hui, il est de passage chez ce spécialiste de la conversion à l’E85 pour affiner les réglages. Sergueï Arakelyan n’avait pas vu quelqu’un pousser la porte de son bureau à La Chapelle-Saint-Luc pour lui parler bioéthanol depuis un bon moment. Le responsable d’E-Perfor se remémore l’année 2022 quand il devait gérer entre quatre et cinq demandes au minimum par semaine. "Depuis le début de l'année, on n'en a plus aucune.", enchaîne-t-il. 

Pour Sergueï Arakelyan, si les automobilistes se détournent de l’E85, la raison est simple. Dans son cas, ce n’est pas la fin des aides, elles ne concernaient pas la reprogrammation moteur, mais bien l’augmentation du prix du bioéthanol à la pompe : "On est passé à 1,14 euro le litre, ce n'est plus très rentable. Avant, on était à 80 centimes du litre, la reprogrammation était amortie sur six pleins en moyenne. Si ça continue comme ça, il n'y aura plus d'intérêts pour le proposer aux clients." Les clients qui souhaiteraient opté pour cette méthode doivent d'ailleurs bien réfléchir aux conséquences puisque, contrairement à la pose d'un boitier homologué, la reprogrammation ouvre la voie à plusieurs problèmes de légalité. Ainsi, l'article R321-16 du Code de la Route stipule que "tout véhicule ayant subi des transformations notables est obligatoirement soumis à une nouvelle réception à titre isolé (RTI)." L'article R322-8 ajoute que cela concerne "toute transformation susceptible de modifier les caractéristiques indiquées sur le certificat d'immatriculation". Dans le cas d'une modification du véhicule pour accepter l'E85, il faudrait donc modifier la ligne P3 de la carte grise en remplaçant ES par FE. Une démarche qui a peu de chance d'être couronnée de succès puisque elle doit recevoir l'aval du constructeur. Par ailleurs, il faut savoir qu'un assureur peut refuser de prendre en charge un accident responsable en cas d'absence de RTI.

Sébastien, notre automobiliste converti et sans doute averti, veut croire que le meilleur reste à venir : "Si les vertus écologiques demeurent, il faut le favoriser, sachant qu'on peut le produire en France." À quelques kilomètres de là, Christophe Grolez, le mécanicien, est plus sceptique : "S'ils veulent enlever le diesel, pas de problème, mais pourquoi augmenter l'éthanol ? Ils n'ont pas arrêté de le vendre à la télé, de le vendre à la radio... Pourquoi faire ça si son prix grimpe aussi haut que celui de l'essence ?"

Contactée, la Région Grand Est, qui était en 2022 la seule avec la Région Île-de-France à proposer une aide pour la conversion d’un véhicule essence vers le bioéthanol, n’a pas prévu de relancer le dispositif pour le moment. Au contraire de sa voisine qui a prolongé son chèque de 500 euros (sous certaines conditions) jusqu’au 31 décembre 2023.

La reprogrammation moteur, une pratique illégale

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité