Saint Valentin. Des étudiants de Troyes font découvrir des œuvres d'art du Louvre à l'occasion de la fête des amoureux

A Troyes, la Saint Valentin n'inspire pas que les amoureux. Des étudiantes en Master Patrimoine et Musées ont choisi ce theme pour faire découvrir des oeuvres d'art du Louvre. Au programme de l'exposition notamment Cupidon, Apollon. Amour et culture, tout un programme.

Claire et Eléonore, les fers de lance de l'exposition
Claire et Eléonore, les fers de lance de l'exposition © Tiphaine Le roux @FRANCETV
Transmettre leur goût pour l’art et son histoire, une passion que Claire et Eléonore , deux étudiantes du Campus des Comtes de Champagne de Troyes ont en commun. Elles et une dizaine de leurs camarades ont travaillé sur une exposition qui aborde, entre autres, le thème de l'amour. La Saint Valentin à travers des oeuvres de "la petite galerie itinérante du Louvre", installée dans la salle d’honneur de l’Hôtel Dieu à Troyes.

"C’est un ensemble de 13 reproductions en résine de tableaux et de statues, à taille réelle ou en réduction, qui appartiennent au prestigieux musée", explique Claire. " Cela va de l’Antiquité Égyptienne au 19e siècle. Il y a notamment plusieurs œuvres qui évoquent les amours des Dieux, avec le fameux Cupidon. Par exemple, vous pourrez admirer Apollon et Daphné dans des scènes extraites des Métamorphoses d’Ovide".

Devant un tableau de Tiepolo, un artiste rococo du 18ème siècle, les 2 jeunes femmes racontent : "Apollon vient de courir après Daphné car Cupidon lui a décoché une flèche, mais au moment où il l’attrape, la jeune femme se transforme en arbre pour lui échapper. Remarquez comment le peintre crée un effet d’instantanéité avec une torsion des corps et un jeu de drapés. Il y a beaucoup de détails".
 

L'amour de l'art guide leur passion

L'amour de l'art, c'est aussi cela qui influence l'avenir professionel d' Eléonore "J’aimerais bien devenir guide conférencière, ou encore travailler comme agent de conservation dans un musée". Pour preuve,un peu plus loin la jeune femme commente l’image d’une terre cuite grecque intitulée les "Retrouvailles d’Hélène et de Ménélas", Hélène de Troie, bien sûr !
L’occasion de réviser ses classiques.
Il vient pour se venger d’elle car elle l’a trahie mais quand il la voit, il oublie tout ... Bon, on le reconnaît, les amours des Dieux que nous évoquons sont souvent contrariées ... en fait le thème de l’exposition c’est d’abord le Corps en mouvement ! »

 

Des danseurs troyens devant les tableaux de l'exposition
Des danseurs troyens devant les tableaux de l'exposition © Eric Lamy Photographies

Les corps en mouvement, sur tableaux et dans la salle


Du mouvement, il y en a aussi autour des œuvres.Deux compagnies professionnelles de danses troyennes connues du public, Guets-Apens et Accords des nous, vont présenter des chorégraphies en écho aux expositions. 
On nous promet donc du hip hop sur la musique de Debussy mais aussi un trio de danse contemporaine au milieu des œuvres de Charles Joseph Natoire.

 

Une formation très prisée où créer un Escape Game fait partie du programme


Au Musée des Beaux-Arts, une quinzaine d’étudiants du Master Patrimoine et Musées sont également sur le pont pour décoder les œuvres.
"Cette formation accueille des jeunes qui ont une licence d’Histoire ou d’Histoire de l’Art venus de toute la France, il n’y a qu’un troyen sur 30 élèves" indique Françoise Audouaneix, la responsable de ce Master créé en 2002.
La formation s’est longtemps appelée Sauvegarde et valorisation du patrimoine, il y a deux ans, elle a été remaniée et rebaptisée en intégrant une deuxième langue vivante et des cours de médiation culturelle vis-à-vis de nombreux publics.
Ainsi, après leurs deux années d’études, "les diplômés peuvent obtenir la carte de guide conférencier et ils sont capables de monter des produits touristiques comme des balades contées ou des Escape Game sur le patrimoine, et dans l’Aube nous n’en manquons pas ".
La qualité du patrimoine troyen est une source d’étonnement pour Claire, l"une des étudiantes originaire de Laval, qui a fait une licence d’Histoire de l’Art à Rennes avant de choisir cette spécialisation. Eléonore et elle ne regrettent pas une seconde leur choix.
La Saint Valentin aura été une nouvelle occasion  de le réaffirmer.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
art culture musée saint-valentin événements sorties et loisirs patrimoine histoire expositions