Salon du livre à Troyes : comment le livre et la littérature jeunesse peuvent sauver la planète

Et si les livres pouvaient sauver la planète ? Les éditeurs jeunesse s'y mettent. / © France 3 Champagne-Ardenne
Et si les livres pouvaient sauver la planète ? Les éditeurs jeunesse s'y mettent. / © France 3 Champagne-Ardenne

Rêves de Futurs, c'est le thème de la 33 ème édition du salon régional du livre pour la jeunesse de Troyes. Une invitation à rêver d'un autre monde, plus respecteux de la nature, plus responsable. Et si lire pouvait sauver la planète ?

 

Par Bintou Sidibé

Le livre comme outil de sensibilisation à l'écologie, c'est la mission que se sont donnés Delphine Le Lay, auteure de bande-dessinée et Alexis Horellou, illustrateur, invités du 33e salon du livre jeunesse à Troyes. "À travers nos albums de BD, on veut faire passer des messages, "explique l'auteur de Lucien et les mystérieux phénomènes. "Des messages sur le respect du vivant, pour montrer comment il est possible de changer les choses," poursuit le dessinateur.  Dans leur premier livre de jeunesse, Delphine et Alexis racontent les aventures d'un petit garçon, fan de fantômes qui rencontre Honoré, un vieil homme qui depuis des années vit dans son manoir, en totale autonomie alimentaire et énergétique. 

Tous deux forment un vrai couple dans la vie. Installés dans un village en Mayenne, ils sont engagés au quotidien dans la préservation de l'environnement. De vrais écolos qui après avoir publié Ralentir, BD consacrée à la décroissance, ont décidé de changer de cible. 

On s'est dit qu'on adressait à un public d'averti, qu'on prêchait des convaincus. Puis on s'est dit que c'étaient les jeunes qu'il fallait convaincre et éduquer,
-Alexis Horrellou, illsutrateur de BD.

D'ailleurs à la fin du livre Lucien et les phénomènes mystérieux, les enfants peuvent retrouver un cahier pratique dans lequel sont proposées des idées pour fabriquer soi-même des objets. 

 

L'illustrateur Alexis Horellou, en pleine dédicace à Troyes / © Bintou Sidibé
L'illustrateur Alexis Horellou, en pleine dédicace à Troyes / © Bintou Sidibé



 

Des institutrices écolos


Sensibiliser les jeunes générations à la préservation de la planète grâce aux livres, selon les professeurs des écoles rencontrés au salon du livre de Troyes, c'est possible. D'ailleurs certains sont venus dans l'idée de trouver quelques ouvrages qui pourraient les aider à parler écologie à leurs élèves. "Je prépare un projet sur le tri et les déchets avec ma classe de CM2 et je cherche des supports tels que des documentaires, des romans d'aventures pour m'aider à capter leur attention", confie Corinne Boutiot, institutrice à Mesnil-Sellières dans l'Aube.

Dès l'âge de 4 ans, on peut leur proposer des livres d'éveils ou animés en rapport avec les animaux, la nature, la forêts. Ils sont très réceptifs à cet âge là,
-Elodie Volque, directrice d'école à Epizon en Haute-Marne.

Dans son établissement, les élèves sont sensibilisés au gaspillage de l'eau et du papier. " Pour les intéresser, il faut une bonne histoire et surtout un personnage qu'ils pourront suivre et retrouver d'un album à l'autre," ajoute une institutrice de Montiéramey en pleine séance de lecture. Et ça marche! Emilie, 7 ans avoue qu'elle aime les livres où les personnages " ils font des trucs pour la planète. Comme ça moi aussi je fais pareil à la maison."
 

Les livres éco responsables

Mais existe t-il des livres qui parlent d'écologie ? D'après les professeurs trop peu. Pourtant du côté des éditeurs, on affirme que cela fait des années qu'ils en proposent. Catherine Vié commerciale chez l'Ecole des loisirs, reconnaît qu'il n'existe pas trop de livres qui parle ouvertement de ce thème mais c'est en filigrane. " On a des livres qui parlent des animaux de la forêt, de la jungle. De comment poussent certains fruits et légumes. Il y a a toujours un message, une morale", ajoute t-elle. 

Mais au-delà de proposer des histoires qui peuvent réveiller l'écolo qui sommeille en chaque enfant, les éditeurs cherchent aussi un process de fabrication plus respectueux de la nature. Car pour fabriquer des livres, il faut du papier et pour avoir du papier, faut couper des arbres. Aujourd'hui nombreux sont ceux qui recylent leurs ouvrages. C'est le cas chez Nathan, éditeur de livres scolaires, de jeunesse et de loisirs. 

On essaie d'allier rentabilité et environnement en fabriquant avec du papier recyclé. Et puis l'encre que nous utilisons est moins toxique, moins polluante qu'auparavant.
Christian Delépine, responsable communication chez Nathan éditions.

L'entreprise s'est même engagée dans la certification FSC. Comprenez Forest Stewardship Council. C'est un label qui garantit une politique d’approvisionnement et de fabrication responsable et respectueuse de l’environnement sur l’ensemble de la chaîne de fabrication, de la sylviculture à l’impression, en passant par la qualité des parcelles forestières et la confection de la pâte à papier. Le FSC est une certification soutenue par le WWF

A défaut de sauver la planète, l'industrie du livre tente de réduire au maximum son impact. Parce que les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain, il faut les éduquer dès leur plus jeune âge aux bons gestes. Et ouvrir un livre peut en faire parti. Lisez les enfants, c'est pour la bonne cause ! 
 

Sur le même sujet

Record du monde du GPS Drawing à vélo

Les + Lus