Troyes Métropole : coupure de courant pendant les vœux de François Baroin

La CGT énergie a mené une nouvelle opération coup de poing mercredi 22 janvier. Le syndicat a coupé l'électricité pendant la cérémonie des vœux de la communauté d’agglomération à Troyes. Une action pour dire "non" à la réforme des retraites. 
Cela a duré une vingtaine de minutes. Pas plus ... "Cela n'a pas été très long, mais notre action était particulièrement ciblée," explique Arnaud Pacot, délégué syndical CGT Energie. Les vœux de Troyes Champagne Métropole, qui se déroulaient mercredi soir à la YSchools, l'ancienne école de commerce, ont été perturbés par une coupure de courant. "En aucun cas, le quartier n'a été touché, les habitants n'ont rien remarqué. C'était une opération précise à un moment précis," ajoute-t-il. L’action a été menée par les énergéticiens grévistes soutenus par la CGT Energie.

Je vois bien la polémique qui est en train de monter. On nous reproche des coupures sauvages, impactant la population. Entièrement faux.
- Arnaud Pacot, délégué syndical CGT Energie Aube


François Baroin, le maire de Troyes et président de la Métropole a dû s'interrompre pendant son discours. Mais les néons de secours lui ont permis de reprendre son texte. Sans micro et dans la pénombre. "On n'a pas envahi la salle, ce n'était pas le but. On veut faire parler de nous et surtout de nos revendications." 
 

La réforme des retraites mais pas seulement

Ils étaient une cinquantaine à distribuer des tracts devant le bâtiment. "C'était un moment fort parce qu'on a pu donner nos revendications à des chefs d'entreprise, des élus, des représentants d'association..." se félicite Arnaud Pacot, "même François Baroin s'est arrêté, on a pu discuter avec lui. C'était important pour nous de faire remonter nos arguments au président de l'association des maires de France."  

La réforme des retraites était bien évidemment au coeur des revendications. "Il ne s’agit ni plus ni moins d’un projet de régression sociale de grande ampleur dans la continuité des politiques de casse de notre Sécurité sociale," peut on lire sur le tract du syndicat. "On est toujours mobilisé sur le sujet des retraites," ajoute Arnaud Pacot. "Mais il ne faut pas oublier ce qui attend les Français. Au 1er février, les tarifs EDF augmentent de 2,4%. Ce qui va plonger encore plus de personnes dans la précarité. Ça aussi, on a voulu faire passer le message à François Baroin." 

 

 

D'autres actions avaient déjà eu lieu en décembre

Les salariés sont dans l’action depuis le 5 décembre 2019. Ils multiplient les interruptions ciblées d’alimentations d’électricité et de gaz. "Ces actions sont décidées par les salariés grévistes," explique le syndicaliste. A Troyes, plusieurs actions étaient intervenues au moment des soldes dans la zone Be Green juste avant Noël et au centre de marques McArthurGlen. Des lieux très visités. "Le gouvernement est aux abois et cherche à criminaliser l’action syndicale en réclamant des sanctions à l’encontre des grévistes." Arnaud Pacot légitime les coupures d'électricité et promet d'autres actions dans les prochains jours. Dès le vendredi 24 janvier, jour de grève et de manifestation.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
retraites économie social