Un an après le meurtre d'Audrey Adam, assistante sociale, un hommage organisé à Troyes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Matti Faye avec Clément Meunier

Audrey Adam, qui travaillait comme assistante sociale pour le compte du Conseil départemental de l'Aube, a été tuée le 12 mai 2021 dans l'exercice de ses fonctions à Virey-sous-Bar par un homme à qui elle rendait régulièrement visite. Un an après, un hommage a eu lieu ce jeudi 12 mai à Troyes.

Une stèle a été dévoilée ce jeudi 12 mai 2022 au parc des Vassaules à Troyes, dans l'Aube. Installée au pied d'un arbre, elle rend hommage à Audrey Adam, une assistante sociale qui a été tuée dans l'exercice de ses fonctions il y a un an jour pour jour à Virey-sous-Bar. Elle avait été mortellement touchée par balle par un octogénaire, chez qui elle se rendait régulièrement. L'homme avait ensuite retourné l'arme contre lui.

Le décès de la mère de famille avait suscité une grande émotion. La même tristesse était de nouveau présente lors de l'hommage où a pris la parole le président du conseil départemental de l'Aube, Philippe Pichery.

"On n'aura jamais les réponses qu'on attendait"

"Un an après, la tristesse dure et la colère aussi. Comme le dit le président Pichery, la colère s'est atténuée mais l'incompréhension reste", nous a confié le docteur Sylvie Plique, directrice de l'Autonomie et collègue d'Audrey Adam.

"Puisque le meurtrier d'Audrey s'est suicidé, on n'aura jamais les réponses qu'on attendait. Donc on reste sur des hypothèses qui sont difficiles pour la famille, pour ses enfants et pour nous aussi", a-t-elle ajouté.

"Ça a marqué tout le pôle des solidarités et plus largement que ça parce que c'est effectivement le travail social qui a été atteint. Audrey était quelqu'un de vraiment génial qui était très investie dans son travail auprès des plus vulnérables. Que ce se soit retourné contre elle de cette façon-là, c'est ça qui est inacceptable aujourd'hui. Le travail social a été très durement atteint."

Audrey Adam a été décorée à titre posthume de la Légion d'honneur. Son nom a également été inscrit sur le monument aux morts de la commune de Mergey, où elle résidait.