Aube : le nom d'Audrey Adam, une assistante sociale tuée pendant son travail, désormais inscrit sur le monument aux morts de Mergey

Pour la première fois depuis la fin des guerres, un nouveau nom est inscrit sur le monument aux morts de Mergey (Aube), celui d’Audrey Adam, assistante sociale au Département de l’Aube, tuée pendant son travail, le 12 mai 2021.

C'est du jamais vu depuis la deuxième guerre mondiale. Ce 11 novembre dans l'Aube, à l’occasion du 103e anniversaire de l’armistice de 1918, un nouveau nom sera inscrit sur le monument aux morts de la commune de Mergey. Celui d’Audrey Adam, une assistante sociale au Département de l’Aube, "décédée pour le service de la Nation, le 12 mai 2021".

Cette maman de deux enfants est morte pendant son travail, en rendant visite, dans le cadre de ses fonctions, à un octogénaire dans le village de Virey-sous-Bar. A l'époque ce drame avait suscité une émotion intense dans l'Aube, dans son village de Mergey en particulier. 

La cérémonie d'hommage a débuté vers 11h30. Sur place le mari de l'assistante sociale est présent ainsi que de nombreux habitants du village. A l'époque du drame, la maire était bouleversée. Isabelle Tobiet-Dossot, élue en 2020, se disait complètement déboussolée.  "J’ai du mal à réaliser. La réalité dépasse la fiction."

Tuée pendant son service

Ce froid matin de novembre, la Nation entière rend ainsi hommage à cette femme âgée de 36 ans. Avec cette plaque vissée sous le noms des soldats morts pour la France. Reconnaissant ainsi la mort d'une femme fauchée pendant son service. Le 21 mai, Emmanuel Macron avait annoncé son souhait de créer “un statut de mort pour le service de la République” pour “les agents publics décédés dans des circonstances exceptionnelles.” 

Mais les travailleurs sociaux attendent davantage du gouvernement. “Ce que l'on voudrait, c’est une réflexion nationale sur ce que le travail social apporte. On est quand même un ciment pour notre société. On ne peut plus attendre un autre drame pour faire bouger les lignes”, selon l'une des membres du collectif Travail Social de Demain. 

En mai, près d’un millier de personnes s'étaient rassemblées à Mergey, dans l’Aube, en hommage à Audrey Adam pour une marche blanche. Tuée par un octogénaire à qui elle rendait sa visite mensuelle. Le retraité a ensuite retourné l’arme contre lui. Un drame qui a eu lieu sur fond de dégradation des conditions de travail des assistants sociaux. “C’est difficile, on se sent trop peu considérés, nous les travailleurs sociaux. Alors qu’on se donne beaucoup, notre métier on l’aime”, déplorait une collègue d’Audrey Adam, présente à la marche blanche. Un malaise ressenti par l’ensemble de la profession. 

Le mari d'Audrey Adam très ému avec sa file dans les bras a évoqué son sentiment. "C’est exceptionnel, c’est très fort, qu’elle soit reconnue pour ça". La maire de Mergey elle aussi a décrit une "cérémonie empreinte d’émotion, pour les habitants, sa famille, pour nous les élus, pas confrontés à faire ce genre de cérémonie exceptionnelle par le fait de mettre un nouveau nom, il fallait que la nation se souvienne de ses enfants morts en service, malheureusement elle fait partie de ceux là". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers hommage société social économie