Aucun TER en Champagne-Ardenne ce samedi

Certains devront changer leurs plans en ce week-end de départ en vacances. / © Inès Pons-Texeira / France 3 Champagne-Ardenne
Certains devront changer leurs plans en ce week-end de départ en vacances. / © Inès Pons-Texeira / France 3 Champagne-Ardenne

A la suite du droit de retrait exercé par les conducteurs depuis jeudi, aucun train SNCF ne circulera en Champagne-Ardenne ce samedi 19 octobre 2019 annonce la SNCF.

Par Marc Schmitt

Amorcé ce jeudi en Champagne-Ardenne avant de s'étendre à l'ensemble du pays, le mouvement social des conducteurs de train continue de prendre de l'ampleur. Ce samedi 19 octobre, aucun TER ne circulera dans la région selon la SNCF.

"On est en train de parer au plus pressé. D'habitude, les mouvements de grêve se déclarent 48h avant. Là ce n'est pas le cas. Nous préferons donc annoncer qu'aucun train ne circulera et si des conducteurs acceptent de rouler, nous communiquerons au cas par cas", explique-t-on du côté de la communication de la SNCF Champagne-Ardenne.

Une réunion était toujours en cours, ce vendredi à 19h, entre la direction régionale et les organisation syndicales.
 


Contre le dispositif "Equipement Agent Seul"

Pour rappel, les syndicats ont souhaité lancer l'alerte sur un droit de retrait des agents qui ne se sentent plus en sécurité dans l'exercice de leurs tâches. C'est l'accident qui s'est produit mercredi 16 octobre entre un convoi exceptionnel transportant une betteravière et un TER sur un passage à niveau de Saint-Pierre-sur-Vence (Ardennes) qui a mis le feu aux poudres. "Contrairement à ce qui a été dit par la direction, il ne s'agit pas de cas en lien avec leurs émotions personnelles mais d'une situation inhérente au fonctionnement du dispositif  'Equipement Agent Seul'",  lance  M. Charlot, représentant syndical Sud Rail.

"Equipement Agent Seul" est un dispositif  mis en place dès fin 2018 où un seul agent SNCF se trouve à bord de la rame. Mercredi, lors de l'accident, seul le conducteur du train était présent à bord et il n'y avait pas de contrôleur. "On a eu beaucoup de chance. Ça aurait pû être plus grave car le conducteur n'était que légèrement blessé et a pu mettre en place tout ce qu'il fallait. Mais on a clairement évité le pire", développe Stephane Cellier, secrétaire régional UNSA ferroviaire.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le dépannage de la voiture de gendarmerie

Les + Lus