Bas-Rhin : des terres agricoles menacées par un projet de zone d'activité à Hatten

La Communauté de communes de l’Outre-Forêt a annoncé en décembre 2020 la construction d'une nouvelle zone d'activité à Hatten. Elle sera construite en partie sur des terres agricoles. Les agriculteurs qui risquent de perdre leurs terres appellent à mettre fin au projet. 

La Communauté de communes de l’Outre-Forêt a un nouveau projet pour la commune d'Hatten. En décembre 2020, elle a dévoilé dans le bulletin intercommunal la volonté de créer une nouvelle zone d'activité de 54 hectares. Elle viendrait s'implanter face à la zone d'activité Striebig qui abrite des entreprises allemandes et serait construite en partie sur des terres agricoles.

Si le projet voit le jour, la ferme Faust perdrait 10 hectares, soit le quart de la surface actuelle de l'exploitation. Une catastrophe pour cette ferme qui cultive des céréales bio depuis quinze ans. Daniel Hoeltzel qui gère la ferme avec sa compagne explique que : "si nous perdons 25% de la surface cultivable, il n'y aura tout simplement plus de ferme. Nous cultivons des céréales en rotation et perdre de la surface ne nous permettra plus de le faire." En tout, six agriculteurs perdraient des terres avec la réalisation de cette nouvelle zone d'activité. 

Fin du circuit court 

Daniel Hoeltzel explique que les céréales cultivées dans les champs servent à faire de la farine que l'agriculteur, qui est aussi boulanger de formation, transforme en pain. Ce pain est ensuite vendu en grande partie dans les marchés et aux AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne).

Même constat pour Jacky Amann qui perdrait 8,5 hectares de terres (sur 55). Cet agriculteur cultive des céréales et élève des bovins qui sont ensuite revendus au boucher du village. Lui non plus ne pourra plus contribuer au circuit court "c'est une fierté d'avoir un marché à Hatten où nous vendons nos produits et maintenant la mairie veut nous mettre des bâtons dans les roues." 

Les agriculteurs qui risquent de perdre leurs terres ont crée le collectif "Hatten demain" pour demander l'annulation du projet. Il y a deux semaines, ils ont lancé une pétition en ligne qui a récolté plus de 1200 signatures. Daniel Hoeltzel de la ferme Faust raconte que le but est de fédérer les Hattenois à leur cause. "S'il y a une nouvelle zone d'activité, ce ne sont pas que les agriculteurs mais tous le monde qui en subira les conséquences. Oui, il y aura de nouveaux emplois crée mais la majorité des gens viendront d'ailleurs et ils passeront dans Hatten pour venir travailler donc il y aura des nuisances."

Pour convaincre les 2000 habitants de la commune, le collectif souhaite également organiser in situ une visite de l'emplacement de la future zone. Les 54 hectares représentent l'équivalent de 75 terrains de football, "les gens n'ont pas idée de la taille de la chose", insiste Daniel Hoeltzel. 

Une histoire de longue date 

Déjà en 2008, le projet d'une nouvelle zone d'activité était arrivé aux oreilles des agricultueurs. Daniel Hoeltzel raconte : "À l'époque on nous avait dit qu'on nous trouverait de nouvelles terres mais on avait plus entendu parler du projet. Et là, la communuauté de commune revient en nous faisant les mêmes promesses mais on sait qu'on va probablement être expropriés. Ce n'est pas avec de l'argent qu'on va faire du pain." 

La nouvelle zone d'activité devrait générer plusieurs centaines d'emplois. Pour Mathieu Humbert, un autre agriculteur qui devrait perdre 5 hectares, les promesses d'emplois ne sont pas suffisantes, d'autant plus qu'il s'agit "d'emplois pas très valorisants. J'ai aussi travaillé à l'usine avant de reprendre l'agriculture suite au décès de mon père. L'un de mes copains qui travaillait dans la zone d'activité du Striebig s'est suicidé à cause des conditions de travail." 

Pour l'agriculteur Jacky Amann, "les élus devraient essayer d'exploiter des anciennes friches industrielles au lieu de nous prendre des terres alors qu'il y a encore de la place ailleurs." 

Aucune information officielle sur le type d'entreprise qui devrait s'implanter n'a été communiqué. Daniel Hoeltzel s'aggace "ils n'annoncent pas clairement ce qu'ils vont faire." Bertrand Rott fait partie des agriculteurs concernés par le projet, il est aussi membre du conseil municipal. "On est dans le flou, on a pas de plans, on a rien. À mon avis ça va prendre beaucoup de temps avant que le projet se réalise. Peut-être trois, quatre ans mais les pertes seront là au final." 

De son côté, la communauté de commune de l’Outre-Forêt et le maire de Hatten n'ont pas donné suite à nos appels. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie environnement