Bas-Rhin : exclue du groupe LREM de l’Assemblée nationale, Martine Wonner va quitter le parti

Martine Wonner à l'Assemblee nationale pendant une séance de questions au gouvernement / © Vincent Isore/MaxPPP
Martine Wonner à l'Assemblee nationale pendant une séance de questions au gouvernement / © Vincent Isore/MaxPPP

La députée de la 4e circonscription du Bas-Rhin a été exclue ce mercredi 6 mai du groupe LREM de l’Assemblée nationale. Pour Martine Wonner, c’est la conséquence de son vote contre la stratégie de déconfinement du gouvernement.

Par Caroline Kellner

Seule élue LREM à avoir voté contre le plan de déconfinement du gouvernement le 28 avril dernier à l’Assemblée nationale, Martine Wonner a été exclue de son groupe ce mercredi 6 mai. C’est son groupe, majoritaire dans l’hémicycle qui l’a annoncé cet après-midi. "Martine Wonner, seule dans son cas, a décidé de s’affranchir du principe de solidarité avec le gouvernement" alors que "le plan de déconfinement représente un moment crucial pour notre pays", affirme le groupe dans son communiqué. "Après l’avoir entendue (en visioconférence) ce jour, le bureau LREM en application de son règlement, a décidé de son exclusion".
 

"Je prends acte"

De son côté, Martine Wonner déclare "prendre acte de cette décision". L’entretien a eu lieu en fin de matinée, elle a eu une quarantaine de députés face à elle. Elle a expliqué à nouveau ses motivations, le fait aussi que les sénateurs avaient également refusé ce plan. Et puis, Martine Wonner a repris la charte de déontologie du groupe LREM. Dans ce texte, "il est écrit", dit-elle, "que les députés doivent être le reflet de la parole des citoyens, ils ne doivent pas oublier d’où ils viennent et enfin ils doivent être attentifs aux autres." Toujours déterminée elle ajoute : "c’est en votant pour que j’aurais trahi ce texte ! "
 
 

Députée frondeuse

La députée paie ainsi son esprit frondeur qui s’était déjà révélé à plusieurs reprises depuis son élection en juin 2017, notamment lors des votes sur le glyphosate ou sur la loi « asile et immigration ». Députée de la 4e circonscription du Bas-Rhin, elle s’est intéressée de près au tracé du GCO ( Grand Contournement Ouest de Strasbourg) qui doit traverser son territoire. Après en avoir étudié les enjeux, elle a clairement pris position contre le projet, allant même jusqu’à être gazée par les lacrymogènes des forces de l’ordre aux abords du village de Kolbsheim. Elle est la seule députée de la région à y être opposée.
 

Pro-chloroquine

Psychiatre de profession, Martine Wonner a participé à la création d’un collectif appelé "Laissons les médecins prescrire". Ce collectif a publié la semaine dernière les conclusions d’une étude sur les effets de la chloroquine comme traitement contre le covid 19. Dans cette étude, il apparait que l’hydroxychloroquine associée à un antibiotique réduit considérablement le délai de résolution des symptômes. D’où l’appel de Martine Wonner à rendre aux médecins généralistes le droit de prescrire la chloroquine. Selon elle, c’est un véritable traitement.

Et c’est ce qui manquait, selon elle, au plan du gouvernement : une stratégie thérapeutique. Elle l’a déclaré publiquement bien avant le vote. En tant que médecin, cette lacune était rédhibitoire. Le docteur Wonner a donc voté contre. Par esprit de cohérence, Martine Wonner va quitter le parti de la République en marche. Vraisemblablement, elle quittera aussi son poste à la commission des affaires sociales. Elle prendra ensuite le temps de la réflexion. Certains partis aimeraient la voir siéger dans leurs rangs.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus