Bas-Rhin : le premier adjoint d'Ostwald reçoit un coup de tête en plein visage

Le premier adjoint au maire d'Ostwald Jean Wechsler a reçu un coup de tête de la part du propriétaire d'un véhicule mal garé qu'il venait de prendre en photo. Une plainte a été déposée. Cette agression intervient dans un climat de forte tension pour les élus.

Véhicule de la police nationale (image d'illustration).
Véhicule de la police nationale (image d'illustration). © Jean-Christophe Dupuis-Rémond. France Télévisions

Une nouvelle agression d'élu a eu lieu dans l'après-midi du dimanche 13 juin 2021, à Ostwald (Bas-Rhin). Jean Wechsler, premier adjoint au maire de la commune, a reçu un coup de tête en plein visage. Il venait de prendre en photo un véhicule particulièrement mal stationné rue de Lingolsheim (les quatre roues sur le trottoir), photo qu'il comptait utiliser parmi d'autres en illustration d'un article rappelant les gestes de civilité dans le prochain bulletin municipal. L'individu propriétaire de la voiture est alors sorti dans la rue pour lui demander des explications. "Je les lui ai données, me suis présenté en tant qu'adjoint, il a aussi voulu me prendre en photo, ce que j'ai accepté. C'est là qu'il m'a mis le coup", raconte l'élu.

Surprise et incompréhension

L'individu est alors reparti chez les personnes chez qui il se trouvait, et les témoins présents n'ont "pas bougé" poursuit l'élu. "C'est vraiment allé très vite, je ne m'attendais pas à cette réaction, je n'ai rien pu faire !" s'étonne encore Jean Wechsler, 24 heures après les faits. 

Jean Wechsler, qui est en charge de la sécurité dans la commune, s'est alors rendu à l'hôpital pour y être examiné et soigné. Il s'en sort avec un bon hématome mais surtout un profond sentiment d'incompréhension : "On se pose des questions. Finalement, je me dis que je n'ai rien fait de mal, j'ai juste fait une constat" développe Jean Wechsler, qui se présente comme quelqu'un "de calme, qui explique, et qui essaie de calmer les gens". 

Agressions en forte hausse

Cette agression intervient dans un contexte particulièrement tendu. Les actes de violence visant des élus et des hommes politiques se sont multipliés ces dernières semaines : le président Emmanuel Macron a reçu une gifle le 10 juin, Jean-Luc Mélenchon a été "enfariné" lors de la marche des libertés le 12 juin. En Alsace, le président de la région Grand-Est Jean Rottner a également été enfariné le samedi 29 mai.

Près de 1 300 agressions, menaces ou insultes ont été recensées en 2020 contre des élus, soit trois fois plus qu'en 2019. Pour endiguer ce phénomène, les gendarmes ont lancé depuis février une formation destinée aux élus. L'objectif est de leur apprendre à mieux gérer les situations de tension avec leurs administrés.

La maire d'Ostwald, Fabienne Baas, a exprimé son soutien dans un communiqué où elle condamne fermement cet acte de violence. Elle rappelle la nécessité d'apaiser le débat par des mots et de maintenir une attention toute particulière aux valeurs démocratiques.

Une plainte a également été déposée, elle est en cours d'instruction. L'auteur de l'agression a été identifié par les forces de l'ordre. "Je me dis aussi que je continue [mon travail d'élu, ndlr], mais que je prendrai un peu plus de distances physiques avec les administrés", conclue Jean Wechsler.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers politique société violence