Bas-Rhin : un couple de hiboux grand-duc repéré en plein centre-ville d'Obernai

Un couple de hiboux grand-duc a été entendu il y a quelques jours autour du beffroi d’Obernai. Pour la Ligue de Protection des Oiseaux, c’est une nouvelle réjouissante. Il y a 30 ans, cette espèce avait failli disparaître totalement.

Le hibou grand-duc est l’un des plus grands rapaces nocturnes d’Europe. Il peut atteindre une envergure plus qu’honorable de 1,80 mètre.
Le hibou grand-duc est l’un des plus grands rapaces nocturnes d’Europe. Il peut atteindre une envergure plus qu’honorable de 1,80 mètre. © Pierre Matzke

Un hou-ôh grave, puissant et portant loin : pas de doute, c’est bien un hibou grand-duc qui a été entendu en plein centre-ville d’Obernai. Un, et même deux puisqu’une femelle semble être aussi dans les parages. Ils se seraient perchés sur les hauteurs du beffroi, le monument emblématique de la commune, qui fût à la fois tour de guet et clocher.

Contacté par téléphone, Bernard Fischer, le maire d'Obernai, témoigne : " On les entend tous les soirs. Un coup à 19h et un autre à 20h. Grâce sans doute au couvre-feu! On est ravi". Pour Sébastien Didier, coordinateur du pôle conservation de la Ligue de Protection des Oiseaux d’Alsace, la nouvelle est loin d’être anodine : "C’est le signe que la recolonisation de ce rapace progresse".

Bubo, bubo, c’est son petit nom latin

Le hibou grand-duc est l’un des plus grands rapaces nocturnes d’Europe : une envergure plus qu’honorable de 1,80 mètre, 70 centimètres de hauteur et un poids qui peut varier entre 2 et 4 kilogrammes. Il se nourrit de faucons pèlerins, de hérissons ou encore de pigeons.

 

 

Sébastien Didier raconte "qu’en Alsace, le dernier hibou grand-duc a été abattu en 1930. Il était, à l’époque, considéré comme nuisible. L’espèce est peu à peu éradiquée. Mais à partir des années 1980, une campagne de colonisation est relancée dans le massif vosgien". Et ça a marché : les hiboux grand-ducs trouvent leurs aises dans les falaises, les châteaux et les grands arbres.

Depuis 15 ans, ces rapaces font pleinement partie du paysage. Il leur arrive même de nidifier au pied des arbres, n’ayant plus peur de grand-chose. C’est dire si du chemin a été parcouru.

 

Les hiboux grand-duc trouvent leurs aises dans les falaises, les châteaux et les grands arbres.
Les hiboux grand-duc trouvent leurs aises dans les falaises, les châteaux et les grands arbres. © Florian Girardin

 

Aujourd’hui, une quarantaine de couples est identifiée en Alsace. Mais l’animal étant plutôt du genre discret, les spécialistes estiment que ce chiffre est sans doute supérieur de 40%.

Beffroi, tour de guet, clocher et bientôt nurserie?

A Obernai, le couple qui vient de prendre possession du beffroi est surveillé comme le lait sur le feu par des bénévoles de la LPO. L’une d’elle habite juste en face, un poste d’observation idéal. L'association envisage de prendre attache avec la Ville pour que tout soit mis en oeuvre afin de préserver leur quiétude durant la période de nidification. 

Sébastien Didier explique que "si tout se passe bien, la femelle pourrait se retrouver à couver pendant deux mois à l’abri des regards. Les parents nourrissent à tour de rôle le petit pendant trois mois. L’envol pourrait avoir lieu d’ici juin ou juillet". Une heureuse nouvelle en perspective. Sauf peut-être pour les pigeons, les hérissons et autres faucons pèlerins qui ont intérêt à surveiller leurs arrières.

 

Les parents du petit hibou grand-duc le nourrissent pendant trois mois avant de le laisser s'envoler au début de l'été.
Les parents du petit hibou grand-duc le nourrissent pendant trois mois avant de le laisser s'envoler au début de l'été. © Vincent Michel

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite environnement nature