Bas-Rhin : cette cycliste amateure court avec les meilleures professionnelles du monde

Publié le
Écrit par Manuel Goetz

Bien qu'il n'y ait que peu de cyclistes alsaciennes à évoluer au niveau international, Amélie Hild est quasiment inconnue en Alsace. Cette pure amateure, qui a grandi à Weyersheim, s'offre le luxe de participer à certaines des plus belles épreuves d'Europe avec le gratin mondial.

A 28 ans, Amélie Hild a déjà sillonné de nombreuses routes à travers l'Europe, pour s'adonner à sa passion : le sport cycliste. Originaire de Weyersheim, à 15 km de Strasbourg, Amélie Hild n'a pourtant quasiment jamais couru en Alsace.

Quand on entend Hild et Weyersheim, forcément on pense à Max, l'emblématique recruteur du Racing mort en 2014. "Il n'est pas de ma famille ou alors c'est très éloigné", nous éclaire-t-elle.

Ancienne judokate, "j'ai commencé le judo à l'âge de 8 ans, au club voisin de Hoerdt", c'est en partant à Grenoble pour faire ses études d'ingénieur à l'institut polytechnique qu'elle découvre le cyclisme de compétition. "J'avais déjà 20 ans, c'est tard pour débuter dans ce sport". Mais elle persévère et participe à ses premiers championnats de France en 2016  à Vesoul. "J'ai fini 37e, mais j'avais beaucoup aimé."

En février 2017, alors qu'elle prépare sa saison, survint la tuile. Une voiture la heurte. Bilan : fracture du coude gauche. "Mais j'ai quand même réussi à me qualifier pour les championnats de France, malgré les broches" en sourit-elle aujourd'hui.

Une fois son diplôme en poche, elle met le cap à l'Est pour trouver un job. Elle travaille aujourd'hui en tant qu'ingénieure en Allemagne (entre Fulda et Francfort), dans une usine qui conçoit des maisons préfabriquées.

Je suis aux 39 heures , ça ne permet pas de s'entraîner beaucoup

"En Allemagne, les journées de travail sont plus condensées. Partir à 17h, quand on est cadre, ce n'est pas mal vu, comme dans certaines entreprises françaises." Même si c'est dur, elle parvient à s'entraîner. Depuis l'an dernier, elle défend les couleurs d'une équipe semi-professionnelle, Maxx Solar Lindig.

"Je suis équipière. Mon rôle est de protéger notre leader. Je dois notamment la ramener en tête de peloton, avant des moments clés de la course. Quand on prend le vent pendant 15 minutes pour remonter sa coéquipière, forcément quand le peloton explose, on ne se retrouve pas dans le premier groupe", nous explique-t-elle.

Ce samedi 25 juin, Amélie retrouvera, sa course préférée: les championnats de France."Je suis la seule Française au sein de mon équipe. Je serai la seule au départ. Pour une fois je vais pouvoir me concentrer que sur moi et essayer de prendre du plaisir durant la course". 

Amélie Hild, la cycliste de l'ombre, tentera de se mettre en lumière, lors de cette épreuve qui sera diffusée en direct samedi à partir de 15h15 sur France 3.