Bas-Rhin : onze cas de zika "importés" détectés

Depuis le 1er mai, onze cas confirmés de zika ont été dénombrés dans le département du Bas-Rhin. Il s'agit uniquement de cas importés, c'est-à-dire provenant de voyageurs qui ont été contaminés dans les Antilles ou dans les pays touchés par l'épidémie.

Le Bas-Rhin est un département sous surveillance, comme 29 autres départements français de métropole, en raison de la présence sur son territoire du moustique tigre, qui pourrait transmettre la maladie. Mais ce n'est pas le cas pour l'instant. La prévention et la surveillance ont porté leurs fruits.

Depuis le 1er mai, onze cas confirmés de zika ont été dénombrés dans le département du Bas-Rhin. Il s'agit uniquement de cas importés, c'est-à-dire provenant de voyageurs qui ont été contaminés dans les Antilles ou dans les pays touchés par l'épidémie.
L'Institut national de veille sanitaire (INVS) a indiqué dans son point de situation du 25 août portant sur la surveillance épidémiologique que onze cas "importés" de zika ont été été signalés entre le 1er mai et le 18 août. Depuis 2015, le Bas-Rhin est classé comme un département de niveau 1 en raison de l’implantation du "moustique tigre", vecteur de plusieurs virus rappelle l'INVS. Le département fait l'objet d'une surveillance renforcée du chikungunya, de la dengue et du zika, "qui repose sur le signalement immédiat des cas suspects chez des personnes de retour depuis moins de 15 jours d’un séjour en zone de circulation de ces virus. Entre le 1er mai et le 18 août, trois cas confirmés "importés" de dengue et onze cas de zika ont été signalés dans le département" précise l'Institut de veille sanitaire.

Le point de situation du 25 août de l'INVS

Signalement des moustiques

Si vous vous faîtes piquer par un moustique tigre ou si vous en voyez un, n'hésitez pas à le signer sur le site du signalement du moustique tigre.


Conseils utiles pour éviter la prolifération des moustiques tigres :


Liens utiles