Leur char est interdit de carnaval, ils protestent sur les réseaux sociaux, "chaque année, nous mettons environ 5 000 euros pour fabriquer notre décor"

Coup de massue ce dimanche 18 février pour cette bande de copains, habitués des carnavals du nord de l'Alsace depuis une dizaine d'années. Leur char, sur le thème des Ghostbusters, s'est vu refuser l'accès au défilé de Roppenheim, une décision qu'ils ne comprennent toujours pas.

"Refusés au carnaval de Carnaval de Roppenheim parce que notre char a la même couleur que celui de l’année dernière ?" C'est ainsi que démarre le post indigné de Dylan Castro, habitué avec sa bande de copains des carnavals du nord de l'Alsace depuis une dizaine d'années.

Ce 18 février, ils avaient prévu de participer au carnaval de Roppenheim (Bas-Rhin) avec leur char aux couleurs des Ghostbusters. "Le dimanche matin, quand on est allés récupérer notre numéro, on nous a dit que nous ne figurions pas sur la liste", raconte Dylan Castro.

Pas de défilé pour eux, et une décision qu'ils ne comprennent toujours pas. "Je crois que l'organisateur ne nous aime pas beaucoup, tente-t-il d'expliquer. Parce que cette histoire de couleur identique, ça ne tient pas debout. On a complètement changé la déco de notre char, l'an dernier, c'était une ferme américaine. Chaque année, nous mettons environ 5 000 euros pour fabriquer notre décor."

Et puis le groupe de carnavaliers aurait bien aimé être averti avant le matin du défilé. "Ça nous aurait épargné certaines dépenses comme celle de la location d'un groupe électrogène, c'est 300 euros tout de même".

Une décision d'autant plus incompréhensible que le groupe défile sur d'autres carnavals. Les spectateurs ont ainsi pu voir les Ghostbusters à Mothern, Lauterbourg ou Hœrdt. Prochaine date pour se rattraper : le carnaval de Wissembourg (Bas-Rhin) le 25 février prochain.

Le maire "scandalisé"

De son côté, le maire de Roppenheim, René Stumpf, se dit "scandalisé". Selon lui, les carnavaliers ont été avertis une semaine avant qu'ils ne pourraient pas participer aux festivités. Ils auraient même envoyé des messages pour essayer d'en connaître la raison.

"Nous n'acceptons qu'une cinquantaine de chars par édition et nous privilégions les chars des habitants de Roppenheim et des chars renouvelés, indique l'édile. Pour les autres, il y a une liste d'attente. Là, certes ils ont changé le thème et la couleur du char mais c'est la même structure et cela ne suffit pas. En plus, ce char présentait un système d'illuminations à base de gaz et cela, on ne peut pas l'accepter, c'est trop dangereux."

Une polémique d'autant plus regrettable pour René Stumpf "que cette édition était la meilleur jamais organisée", avec 1 000 personnes de plus que les années précédentes. "Je n'ai rien contre ces jeunes mais, une fois de plus, je suis scandalisé", conclut-il.