Alsace : à Strasbourg et Colmar, des centaines d'opposants au pass sanitaire ont manifesté pour "la liberté"

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Chanel
Environ 600 manifestants se sont rassemblés place Kléber à Strasbourg, mercredi 14 juillet, contre le pass sanitaire.
Environ 600 manifestants se sont rassemblés place Kléber à Strasbourg, mercredi 14 juillet, contre le pass sanitaire. © Arnaud Rapp - France Télévisions

Plusieurs centaines d'opposants au pass sanitaire ont manifesté ce mercredi 14 juillet dans les rues de Strasbourg et de Colmar. Ils considèrent notamment que leur liberté est bafouée.

Ils étaient environ 600, ce mercredi 14 juillet à Strasbourg et 130 à Colmar pour dire non au pass sanitaire et plus globalement protester contre les dernières annonces du président de la République. Des opposants rassemblés pour dénoncer place Kléber, "un mensonge d'Etat parmi d'autre, puisque Macron avait promis qu'il n'y en aurait pas, et que le pass s'inscrit dans une suppression croissante des libertés". 

"Ceux qui ne pourront pas ou ne voudront pas se faire vacciner seront mis de côté, punis, sanctionnés, c'est inacceptable", martèle l'un des organisateurs. Dans la foule, quelques figures des gilets jaunes, mais surtout des citoyens qui considèrent l'extension du pass sanitaire comme liberticide. Les manifestants de tous âges sont ainsi venus "pour défendre la liberté d'aller et de venir", comme l'explique l'un d'entre eux. "Je trouve malsain d'opposer deux catégories de gens, les vaccinés et les non vaccinés".

Dans le cortège, une soignante se considère désormais comme "une pestiférée", car elle n'est pas vaccinée et ne veut pas l'être, par "conviction personnelle". "Je risque d'être mise à pied, j'ai un loyer à payer, comme beaucoup de monde, je risque de perdre mon travail, mais c'est pas grave". "C'est du chantage à l'emploi", s'insurge une autre opposante.

"Mes veines ne sont pas la propriété de l'Etat", "Nous somme en dictature, où est la liberté", pouvait-on lire sur les nombreux panneaux et banderoles brandis par les manifestants. Beaucoup s'inquiètent également de la vaccination chez les enfants de plus de 12 ans. 

Cette manifestation n'a pas été déclarée en préfecture. La prochaine devrait se faire dans les règles. Elle est a priori prévue samedi 17 juillet à 10h sur le parvis de la cathédrale.

Des mobilisations similaires ont eu lieu un peu partout en France (comme à Paris, Montpellier, Marseille, Annecy, Rouen), rassemblant plusieurs milliers de personnes. Au même moment, le centre de vaccination de la Bourse à Strasbourg, ouvert sans rendez-vous, accueillait des centaines de candidats pressés de bénéficier d'une dose de vaccin. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.