• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Attaque du 11 décembre à Strasbourg : trois lieux pour se recueillir

Des bougies pour les victimes et soutenir les familles / © C.Munsch. France 3 Alsace
Des bougies pour les victimes et soutenir les familles / © C.Munsch. France 3 Alsace

Dans le centre-ville de Strasbourg, où des hommes et des femmes ont été victimes d'actes terroristes mardi soir, deux rues et une place sont devenus des lieux de recueillement. Pour tous ceux qui y viennent: "c'est une façon de penser aux victimes et de soutenir les familles."

Par Catherine Munsch

Vendredi après-midi 14 décembre, les rues de Strasbourg semblent revenues à la vie. On entend de nouveaux les gens parler entre eux, les touristes de l'autre bout du monde font leurs photos souvenirs, devant le grand sapin et les cabanons du marché de Noël réouverts...Tout semble presque normal à dix jours de Noël. Presque. Car il y a trois endroits dans la ville où les fleurs, les bougies, les dessins et les petits mots s'amoncellent, après l'attaque de mardi 11 décembre.


Rue des Orfèvres

De nombreux Strasbourgeois et touristes s'arrêtent un moment rue des orfèvres, pour se recueillir en souvenir des victimes de l'attentat de mardi soir.
© C.Munsch
© C.Munsch

Parmi eux, une jeune fille qui vit dans la capitale alsacienne :
Chloé fait partie des personnes venues se recueillir rue des orfèvres / © C.Munsch
Chloé fait partie des personnes venues se recueillir rue des orfèvres / © C.Munsch

"J'habite Strasbourg, et les actes qui se sont déroulés ici m'ont beaucoup touchée. Je viens soutenir les familles. Ça n'arrive pas qu'aux autres. Si j'étais de la famille d'une victime, j'aimerais que d'autres viennent se recueillir."

 


Rue des Grandes arcades

Là aussi, il y a du monde qui s'arrête toute la journée.
© C.Munsch
© C.Munsch

Parmi eux, une habitante de Molsheim :
© C.Munsch
© C.Munsch

"Je viens de Molsheim. Je travaille pas loin d'ici. Je suis déjà passée rue des orfèvres, c'est une façon de se retrouver tous, même sans se parler, sans se connaître. Une façon de penser aux familles, aux papas qui sont morts et tous ceux encore hospitalisés, pas sortis d'affaire.

 

Place Kléber 

C'est le lieu où il y a le plus de monde en permanence. Au pied de la statue du Général, les bougies brûlent jour et nuit depuis mardi soir.
© C.Munsch
© C.Munsch

Parmi les personnes venues se recueillir, ce jeune étudiant, qui voulait absolument venir déposer une bougie en mémoire des victimes :
Un jeune étudiant venu rendre hommage aux victimes / © C.Munsch
Un jeune étudiant venu rendre hommage aux victimes / © C.Munsch

"Je suis Strasbourgeois et j'aurais dû être pont du corbeau quand il a tiré, donc... On se sent tous concernés. J'ai entendu dire qu'il y a un lieu où on peut déposer des bougies, alors j'en ai apporté une en hommage aux victimes. Pour soutenir les familles, dire que la vie continue, mais qu'on n'oublie pas les victimes."


A quelques pas de là, un papa avec ses enfants :
© C.Munsch
© C.Munsch

"Je suis chauffeur de taxi...Je connais celui qui s'est retrouvé avec le tueur à bord. Il semblerait que psychologiquement, il n'aille pas bien. Il n'est pas encore revenu travailler."

© C.Munsch
© C.Munsch

"Je suis venu ici avec les enfants, pour déposer des bougies. C'est difficile de leur expliquer, mais ils ont des questions, surtout parce qu'ils voient leur ville sans arrêt à la télé et qu'on avait justement été au marché de Noël ensemble.


Ce vendredi soir, le président Emmanuel Macron est lui aussi venu rendre hommage aux victimes de la tuerie et remercier les forces de l'ordre qui assurent la protection de la ville et ont mis fin à la terreur.

Sur le même sujet

REIMS. Gilets jaunes et forains

Les + Lus