Attentat de Strasbourg de 2018 : libération de deux suspects, la police se sent "trahie", les victimes "écoeurées"

Deux suspects en lien avec l'attentat de Strasbourg ont été remis en liberté le 19 mars. Le syndicat Alternative police dénonce "une défaillance du système judiciaire", et l'association de victimes AVA "une injustice totale".
 

Des personnes déposent des bougies au pied du mausolée de Kléber en marge de l'hommage rendu dans la capitale alsacienne aux victimes de l'attentat de Strasbourg, le 16 décembre 2018.
Des personnes déposent des bougies au pied du mausolée de Kléber en marge de l'hommage rendu dans la capitale alsacienne aux victimes de l'attentat de Strasbourg, le 16 décembre 2018. © Jean-Marc LOOS. MaxPPP
Deux des cinq suspects en lien avec l'attentat de Strasbourg ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire le 19 mars. Une décision prise par le parquet antiterroriste, qui l'a annoncée huit jours plus tard, le vendredi 27 mars. Les deux hommes, originaires de Haguenau, sont soupçonnés d'avoir fourni au terroriste Cherif Chekatt le revolver avec lequel il a tué cinq personnes au centre-ville de Strasbourg, le soir du 11 décembre 2018. Ils étaient en détention provisoire depuis février 2019.

Sylvain André, référent Grand Est du syndicat Alternative police, suit l'affaire depuis le début et était sur le terrain le soir de l'attentat. Pour lui, par cette libération, "l'institution judiciaire a trahi la police". Il estime "totalement aberrant" de relâcher ainsi "deux individus inculpés dans le cadre d'une affaire criminelle", et dont l'instruction n'est pas terminée, a-t-il précisé ce mardi 31 mars à France 3 Alsace.   

"Cette décision est une nouvelle preuve des défaillances de la justice" déclarait également lundi 30 mars le syndicat de police Alliance à France Info, en dénonçant une remise en liberté "irresponsable et scandaleuse."

La décision paraît d'autant plus incompréhensible aux deux syndicats de police que ce même 19 mars, la ministre de la Justice Nicole Belloubet, en annonçant une prochaine remise en liberté de 5.000 détenus en fin de peine afin de désengorger les prisons très vulnérables à l'épidémie de coronavirus, avait bien précisé que les détenus en lien avec des affaires intrafamiliales ou terroristes n'étaient pas concernés.  Elle le confirmait aussitôt sur son compte twitter :
 

Sylvain André veut aussi témoigner de l'émoi de ses collègues, en rappelant que la police "a démontré son investissement dans ce dossier" et consacré "des mois de travail d'investigation" pour aboutir à l'arrestation de ces deux individus, soudain remis en liberté. "C'est une trahison par rapport à l'ensemble de la procédure" estime-t-il.
 

Les risques d'une libération sous contrôle judiciaire

Même si depuis leur libération le 19 mars, les deux hommes doivent se présenter deux fois par jour au commissariat, le référent du syndicat Alternative police rappelle que ce type de libération n'est pas sans risque. Risque de communication avec d'autres personnes, tout d'abord. "Entre deux visites au commissariat, ils ont largement la possibilité de préparer leur défense" précise Sylvain André. "Ce sera bien plus facile qu'avec un avocat au parloir."   

Et malgré ce dispositif de contrôle biquotidien, un "risque de fuite" n'est pas totalement à exclure, qui pourrait entraîner la nullité de la procédure. "On n'est jamais à l'abri de ça", estime-t-il.
 

Les victimes se sentent salies

De leur côté, les membres de l'association Aide victimes attentat (AVA) créée tout récemment et présidée par Mostafa Sahlane, le chauffeur de taxi pris en otage le soir de l'attentat par Cherif Chekatt, se disent "écoeurés" et dénoncent une "injustice totale". "Cette libération salit les victimes", s'écrie Myriam, vice-présidente de l'association. Ces victimes ont le sentiment que Nicole Belloubet "a menti". Et elles ne comprennent absolument pas "qu'il n'y ait pas eu d'interlocuteur du côté de la justice" pour, au minimum, les "préparer" et leur "expliquer" les raisons de cette libération, qui ne fait que raviver leur traumatisme et leur douleur.   
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
attentat de strasbourg faits divers attentat terrorisme coronavirus/covid-19 santé société