• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Attentat de Strasbourg: la légion d'honneur demandée pour un rescapé qui a tenté de maîtriser Cherif Chekatt

Le soir du 11 décembre 2019, Damian Myna a combattu Chérif Chekkat à mains nues à quelques centaines de mètres de la place Kléber de Strasbourg / © Maxppp/Marc Rollmann
Le soir du 11 décembre 2019, Damian Myna a combattu Chérif Chekkat à mains nues à quelques centaines de mètres de la place Kléber de Strasbourg / © Maxppp/Marc Rollmann

Damian Myna a reçu onze coups de couteau alors qu'il tentait de maîtriser Cherif Chekkat le soir du 11 décembre 2018. Ce geste héroïque lui vaut d'être proposé à la prochaine promotion de la légion d'honneur par Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg.

Par Astrid Servent

On ne sait pas encore s'il l'acceptera. Damian Myna est un rescapé de l'attentat du 11 décembre 2018 à Strasbourg qui a fait 15 victimes dont 5 personnes décédées. Il s'est dressé face au terroriste Cherif Chekkat, tentant de le maîtriser. Un geste courageux qui lui a valu 11 coups de couteau.
 

Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg, a proposé en début d'année son nom au président de la République pour la prochaine promotion de la légion d'honneur.


Pourquoi cette proposition?

Alain Fontanel a rencontré Damian Myna peu de temps après sa sortie de l'hôpital. C'est là qu'il lui a raconté cette folle soirée du 11 décembre 2018. Ce musicien était avec des amis devant les Savons d'Hélène lors que le terroriste a déboulé, tirant sur ses compagnons. Sous le choc, il se couche. Puis se relève, se disant: "c'est pas possible".
 

Il a combattu à mains nues le terroriste, il l’a désarmé avant d’être frappé par onze coups de couteau. C’est, au sens littéral du terme, un acte héroïque. On a quelqu’un qui s’est levé pour protéger ses amis aussi pour défendre notre ville
-Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg-


"Mais au-delà de ce geste, c’est aussi le symbole de Strasbourg qui a été digne, qui a résisté dans l’adversité. Reconnaitre cet acte, c’est aussi récompenser tous les Strasbourgeois qui ont été solidaires dans cette période", précise le premier adjoint.
 

Il est important de se souvenir des visages positifs de ce drame, plutôt que du nom du terroriste lui-même
-Alain Fontanel, premier adjoint au maire de Strasbourg-

 

Un homme humble et discret

Hormis au magazine Or Norme auprès duquel il a longuement témoigné, il ne répond à aucune interview. Son compte Facebook n'est plus alimenté depuis le 31 décembre 2018. Son ultime message se voulait rassurant, tourné vers l'avenir et la joie retrouvée de pourvoir se servir à nouveau doucement de sa jambe gauche. Sa rééducation au Centre de réadapation fonctionnelle Clémenceau de Strasbourg allait pouvoir commencer.
 

Que pense-t-il de cette proposition? Impossible de le savoir. Le premier adjoint de Strasbourg, lui-même, n'en sait rien. Mais cette reconnaissance de la nation lui paraît importante. "Cette reconnaissance, c’est celle d’un acte héroïque, individuel, c’est aussi celle d’un comportement collectif. Il faut associer les deux pour respecter aussi sa discrétion et son humilité." Le directeur de cabinet du président de la République a pris acte de cette proposition. Il n'y a plus qu'à attendre la liste des impétrants de la promotion du 14 juillet 2019.

Sur le même sujet

EDR - le mouvement anti-spéciste

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer