Bas-Rhin : les pains d'épices Fortwenger ouvrent une boutique à côté des Champs-Elysées, la première hors d'Alsace

Historiquement présente à Gertwiller (Bas-Rhin), Fortwenger ouvrira le 21 septembre 2021 sa neuvième boutique, cette fois à Paris, à quelques pas de l'avenue des Champs-Elysées. De quoi faire rayonner ses pains d’épices et ses biscuits bien au-delà des frontières alsaciennes.
La future boutique Fortwenger de Paris
La future boutique Fortwenger de Paris © Fortwenger

Ils représentent l’un des emblèmes culinaires de l’Alsace. Les pains d’épices de l’entreprise Fortwenger ne seront bientôt plus seulement vendus en Alsace. A quelques pas des enseignes de luxe, une boutique dédiée aux produits de la marque implantée à Gertwiller (Bas-Rhin) ouvrira ses portes sur les Champs-Elysées le 21 septembre prochain.

"On repart de l’avant après la période Covid. C’est un joli pied de nez et une grande fierté pour l’entreprise. On ne pouvait pas rêver mieux", s’enthousiasme Steve Risch. Emmener le savoir-faire ancestrale de son entreprise doublement centenaire jusqu’à la capitale, le PDG de Fortwenger n’y avait pourtant jamais vraiment songé.

"Nous n’étions pas partis pour ça, mais l’opportunité a fait le choix. C’était un magasin de stylos. Le monsieur est parti à la retraite et puis nous avions l’appui de la Maison de l’Alsace et de son directeur, sans qui ce projet ne se serait pas fait", confie-t-il encore.

La Maison de l’Alsace, une autre vitrine régionale en plein Paris, détenue par la Collectivité européenne d’Alsace, avec laquelle des synergies devraient émerger. Résultat, à l’intérieur du magasin de 50 m2, décoré aux couleurs locales, d’autres produits que les pains d’épices et bredeles devraient prendre place.

 

"Il y aura du miel, du vin, de la confiture. C’est bien d’emmener d’autres entreprises avec nous. C’est du gagnant-gagnant. Jusqu’à présent, il y avait un restaurant et des lieux de réception mais il n’y avait pas de lieu de vente".

Côté tarif, Steve Risch assure qu’ils seront conformes à ceux pratiqués en région. Pas question de flamber, même si trôner sur la plus belle avenue du monde a un prix, que le patron veut garder secret. Pour lui, l’enjeu est moins la rentabilité que le rayonnement international offert à ses produits sur une artère fréquentée par des millions de touristes chaque année. 

Selon les estimations d'un cabinet spécialisé, le prix moyen au mètre carré s'élève à 1329,50 euros par mois pour un local commercial implanté rue Marbœuf. La fourchette basse est de 578 euros, la haute de 2718 euros. "Quand on va à Paris, c’est déjà de l’export. Si on veut conquérir de nouveaux marchés, ça passe par notre réussite à Paris. C’est une très belle vitrine".

L’entreprise qui compte 110 salariés, réalise 2 à 3% de son chiffre d’affaires à l’export. Avec cette nouvelle adresse parisienne, elle espère atteindre les 10 à 15% dans les prochaines années. Si le pari fonctionne, Fortwenger pourrait voir encore plus grand. "Ce qui pourrait faire plaisir, c’est une grande capitale européenne ou mondiale". Mais d’abord, il y a déjà du pain d’épice sur la planche.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie gastronomie culture