Cathédrale de Strasbourg : la direction régionale des affaires culturelles s'explique sur la disparition du rayon vert

Publié le Mis à jour le

Devant l'émoi suscité par la disparition du fameux rayon vert visible durant les équinoxes au sein de la cathédrale de Strasbourg, la direction régionale des affaires culturelles s'est expliquée dans un communiqué : une patine réversible a été apposée sur le pied de Juda en attendant une restauration définitive du vitrail.

Devant l'indignation de bon nombre de personnes, la direction régionale des affaires culturelles du Grand Est (DRAC) s'est expliquée dans un communiqué concernant la disparition du fameux rayon vert de la cathédrale de Strasbourg. 

"Une patine réversible a été apposée sur le verre transparent, en mars 2022, par la conservation régionale des monuments historiques au nom de l’État propriétaire de la cathédrale, en accord avec le clergé affectataire cultuel de l’édifice et la fondation de l’Œuvre Notre-Dame", a précisé la DRAC dans ce communiqué.

Une restauration complète du vitrail représentant Juda est prévue plus tard et devrait être confiée à un maître verrier. C'est la lumière du soleil, qui en traversant ce vitrail au niveau du pied de Juda, un des ancêtres du Christ, provoquait l'apparition d'un rayon vert deux fois par an lors des équinoxes d'automne et de printemps. Ce phénomène lumineux durait quelques minutes en fin de matinée et se répétait durant environ une semaine.

L'indignation du "découvreur" de ce rayon vert en 1972

Les vitraux de la cathédrale de Strasbourg, s'abîmant avec le temps, font régulièrement l'objet de restauration. Les derniers travaux entrepris par la DRAC concerne les vitraux situés au sud de l'édifice religieux. C'est dans ce cadre que le vitrail du rayon vert a été en partie restauré.

C'est d'ailleurs suite à une restauration datant de 1972, que le rayon vert est apparu pour la première fois. Le pied de Juda aurait été remplacé par un verre brut et donc transparent permettant le passage de la lumière. C'est un ingénieur-géomètre, Maurice Rosart qui a découvert le premier ce phénomène. 

Ce dernier a d'ailleurs fait part de son profond mécontentement. "Cet acte est un mauvais coup porté aux Strasbourgeois, à la culture, à la laïcité, aux lumières", a-t-il déploré, rappelant qu'un cache avait déjà été brièvement apposé au printemps 1990 sur le vitrail, empêchant le rayon de se former. 

Une disparition qui fait décidément grincer des dents puisqu'un Strasbourgeois, julien Laurent, a décidé de lancer une pétition pour que le rayon vert soit rétabli. Pour lui, le "rayon vert devrait  bénéficier spécifiquement d'un classement et d'une protection au titre des monuments historiques, compte tenu de son aspect extraordinaire."

Il faut dire que ce fameux rayon vert alimente les polémiques depuis des années, entre partisans d'explications ésotériques et les autorités religieuses, qui n'y voient que la main malicieuse et ingénieuse de l'être humain.