Les CFA d’Alsace en grève manifestent, avec la crainte d'être mis en concurrence avec le privé

Près de 200 manifestants se sont rassemblés ce mardi 15 octobre 2019 en début d'après-midi devant le rectorat de Strasbourg. / © O. Stephan / France 3 Alsace
Près de 200 manifestants se sont rassemblés ce mardi 15 octobre 2019 en début d'après-midi devant le rectorat de Strasbourg. / © O. Stephan / France 3 Alsace

Les personnels des CFA se mobilisent en Alsace. Ils dénoncent la réforme de l'apprentissage, adoptée à l'été 2018 par le Parlement et qui sera mise en oeuvre en 2020. Elle menace, selon eux, leur emploi et les formations qui pourraient être mises en concurrence avec des organismes privés.

Par Claude Lepiouff

Venus de Strasbourg, Schiltigheim, Sélestat, Saverne, Haguenau, Wissembourg... Des enseignants, des agents et des administratifs de CFA (les centres de formation des apprentis) se sont mis en grève et ont protesté contre la réforme de l'apprentissage, ce mardi 15 octobre. La réforme est incluse dans la loi «pour la liberté de choisir son avenir professionnel» adoptée à l'été 2018 par le Parlement. Les manifestants voulaient défendre la spécificité des 15 établissements publics qui accueillent les apprentis en Alsace.
 


Dans la matinée déjà, on comptait 100% de grévistes à Schiltigheim, tout comme au CFA Heinrich-Nessel de Haguenau où a été organisé un concert de casseroles. La réforme des CFA doit prendre effet dès janvier prochain. Ces CFA performants en terme d'embauche de leurs élèves mais dont les professeurs ne savent toujours pas à quelle sauce et statut ils vont être mangés.


200 manifestants se sont regroupés en début d'après-midi devant le rectorat de l'Académie de Strasbourg
 
Des enseignants grévistes sont venus de toute la région pour manifester leur colère devant le rectorat à Strasbourg. / © O. Stephan / France 3 Alsace
Des enseignants grévistes sont venus de toute la région pour manifester leur colère devant le rectorat à Strasbourg. / © O. Stephan / France 3 Alsace
 
Une délégation a été reçu. Le rectorat s'est dit à l'écoute, près à maintenir le système et les statuts tels qu'ils fonctionnent actuellement, dans la logique des formations de proximité régionale qui a fait le succès des CFA publics d'Alsace, à condition que le ministère l'accepte, la réponse n'est toujours pas arrivée.

Si la réponse était négative, alors la réforme s'appliquerait. La région perdrait la main au profit du ministère du travail. Toutes les formations seraient mises en concurrence avec des organismes privés, en fonction d'un coût-contrat. Pour les enseignants ce serait une catastrophe.

.

 

Sur le même sujet

Les + Lus