Cinq heures dans un TER : “des passagers obligés de dormir dans le train en plaine d’Alsace, ça c’est inédit”

Un TER reliant Strasbourg à Saint-Louis est resté immobilisé sur les voies à hauteur de Richwiller dans la nuit de mardi à mercredi. / © Vincent VOEGTLIN/France 3 Alsace
Un TER reliant Strasbourg à Saint-Louis est resté immobilisé sur les voies à hauteur de Richwiller dans la nuit de mardi à mercredi. / © Vincent VOEGTLIN/France 3 Alsace

Dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 novembre, un train TER reliant Strasbourg à Saint-Louis a été immobilisé plusieurs heures sur les voies à hauteur de Richwiller (Haut-Rhin) après avoir percuté des sangliers. Une dizaine de passagers a été contrainte de dormir… sur place.
 

Par Marie Coulon

C’est ce que l’on appelle un long voyage. Il était 0h15 mercredi 6 novembre 2019 lorsque le dernier TER en circulation reliant Strasbourg à Saint-Louis a heurté trois sangliers peu avant la gare de Richwiller. Immobilisé en pleine voie, le train est sérieusement endommagé. "Le conducteur a constaté de gros dégâts sur la cabine avant", confirme une source syndicale.

C’était le black-out total, nous sommes en sous-effectif permanent et ça se ressent


Le diagnostic matériel révèlera une fuite dans l’alimentation en air du train. Il ne sera remis en marche pour rebrousser chemin qu’aux alentours de 4 heures du matin, permettant aux passagers d’être pris en charge par des taxis à 5 h en gare de Bollwiller. "Notre collègue était livré à lui-même pendant les opérations de dépannage", assure cette même source. Selon elle, lors d’incidents de ce type, un "correspondant d’incident local" doit être appelé en renfort sur site, sauf que cette nuit-là, personne ne serait venu voler à la rescousse du train.

"C’était le black-out total, nous sommes en sous-effectif permanent et ça se ressent, reprend encore le syndicaliste. J’en ai vu des incidents mais avec si peu de réaction, rarement. Des passagers obligés de dormir dans le train en plaine d’Alsace, ça, c’est inédit".

Jointe par téléphone, la communication de la SNCF confirme l'incident et assure que le contrôleur était bien en liaison téléphonique avec un agent d’astreinte, assurant que la procédure de dépannage a été respectée.

Un incident qui intervient également sur fond de questionnements internes sur la présence de contrôleurs à bord des trains. "Heureusement, dans le train il y avait deux contrôleurs alors qu’on a une direction qui parle d’utilité relative concernant leur présence. S’ils n’avaient pas été là, qui aurait informé les passagers ?" 

Chaque jour, 750 trains circulent en Alsace.

 

Sur le même sujet

Les + Lus