Contre les “débordements” de jeunes Strasbourgeois dans les piscines de Kehl, davantage de coopération franco-allemande

La présence française dans les piscines de Kehl suscite le mécontentement allemand. / © Marine Candel, France 3 Alsace
La présence française dans les piscines de Kehl suscite le mécontentement allemand. / © Marine Candel, France 3 Alsace

Après des "débordements français" constatés dans les piscines de Kehl, frontalières de Strasbourg, les deux villes ont annoncé le 10 juillet accroître leur coopération policière et harmoniser les règlements de leurs piscines. La chicha (narguilé) sera désormais interdite.

Par Vincent Ballester

Les piscines à "débordements", l'Allemagne n'aime pas trop ça. À compter du 10 juillet 2019, dans les piscines de Strasbourg comme celles de Kehl (sa voisine allemande), la chicha (ou narguilé) sera interdite.
 

Ce début d'harmonisation du règlement des piscines à Strasbourg et à Kehl a été décidé le 10 juillet à la suite d'une réunion entre la préfecture du Bas-Rhin, l'Eurométropole de Strasbourg, la municipalité de Kehl (située dans le Land de Bade-Wurtemberg), et des responsables de la police allemande et française. 

Autre point d'harmonisation : l'obligation de porter un maillot de bain (et non pas un short, un bermuda, ou un quelconque sous-vêtement). D'autres points du règlement seront harmonisés sous peu. D'ores-et-déjà, le nombre d'agents de sécurité dans les piscines de Kehl a été augmenté.
 
Ces mesures font suite à des incidents impliquant des jeunes Strasbourgeois, des "débordements" agaçant la population allemande, dans les piscines de Kehl. Le maire de la ville, Toni Vetrano, avait appelé à une coopération accrue des autorités de l'Eurométropole.
 

La préfecture ajoute que le prochain point d'action contre les "débordements" sera l'installation de panneaux indicateurs de fréquentation dans les piscines. Quand le nombre-limite sera atteint, l'accès n'y sera plus possible jusqu'à ce que des gens partent.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus