Coronavirus : comment la SIG Strasbourg prépare son avenir alors que la saison de basket est suspendue

Le Finlandais Lassi Tuovi sera l'entraîneur de la SIG jusqu'en 2022. Lui qui assurait l'intérim depuis le limogeage de Vincent Collet, le 26 janvier 2020, il a été confirmé par la direction du club strasbourgeois ce 6 avril. / © Jean-Marc Loos/MaxPPP
Le Finlandais Lassi Tuovi sera l'entraîneur de la SIG jusqu'en 2022. Lui qui assurait l'intérim depuis le limogeage de Vincent Collet, le 26 janvier 2020, il a été confirmé par la direction du club strasbourgeois ce 6 avril. / © Jean-Marc Loos/MaxPPP

L'activité des basketteurs de la SIG est suspendue à l'avancée de l'épidémie. Les joueurs se contentent d'un programme individuel de maintien en forme, chacun chez soi, mais la direction, elle, prépare la suite. Elle a engagé un nouveau directeur sportif et prolongé le contrat de l'entraîneur.

Par Karine Gélébart

Le monde du sport est figé. Tous les championnats suspendus, pour certains d'ores et déjà écourtés. Pour le moment, la Ligue nationale de basket espère encore une reprise du championnat de Jeep Elite, dans lequel la SIG pointe à la 10e place du classement, après 25 matchs disputés, sur les 34 que compte une saison complète.

"Le dernier communiqué officiel que nous avons reçu indique que la LNB a créé trois groupes de réflexion : l'un travaille sur une potentielle reprise, un second sur la situation sanitaire, et le troisième sur les enjeux financiers", précise le chargé de communication du club strasbourgeois.


Lassi Tuovi signe pour deux saisons

En attendant d'y voir plus clair sur la suite de cette saison 2019/2020, la direction construit l'avenir. Ce lundi 6 avril, elle a signé un contrat de deux saisons avec son coach, Lassi Tuovi. Le Finlandais poursuit ainsi l'aventure avec le club qui l'a accueilli d'abord comme assistant d'Henrik Dettmann, puis de Vincent Collet pendant la saison 2016/2017. Celui qui est aussi passé par le Besiktas Istanbul et Gravelines, actuel assistant coach de l’équipe nationale de Finlande, est revenu en Alsace à l'été 2018. Assistant de Vincent Collet, il a été nommé entraîneur principal lorsque ce dernier a été limogé, le 25 janvier. Il a dirigé l'équipe durant sept rencontres avant la crise sanitaire.
 

"C’est pour nous une réelle satisfaction, se félicite le président du directoire, Martial Bellon. Pendant les quelques semaines au cours desquelles il a coaché l’équipe, Lassi a démontré qu’il avait la capacité de contribuer à la reconstruction de notre politique sportive."

Nicola Alberani, nouveau directeur sportif

Une satisfaction partagée par le nouveau directeur sportif du club, second visage de cette reconstruction annoncée. La venue de Nicola Alberani, pisté depuis plusieurs semaines par le club alsacien, a été officalisée le 2 avril. "Nous ne faisons que confirmer une information que nous avions laissée entendre il y a deux mois, précise le président. Nicola est un homme très professionnel que nous connaissons depuis quelques années et qui nous a été chaleureusement recommandé par plusieurs acteurs du basket européen."
 

L'Italien, un temps agent de joueurs, a construit sa carrière dans plusieurs clubs de son pays, dont Avellino, que Strasbourg a rencontré en coupe d'Europe, et qu'il rejoint donc à l'heure de construire l'avenir. "C’est avec le plus grand enthousiasme que j’ai accepté de relever ce défi pour lequel je compte bien donner le meilleur de moi-même tant le projet me semble stimulant. Je vais me mettre immédiatement au travail pour optimiser le temps disponible."

L'une de ses premières décisions aura donc été de confirmer Lassi Tuovi à la tête du staff strasbourgeois. "Je pense sincèrement qu’il mérite cette chance car il possède toutes les capacités requises aujourd’hui dans le basket moderne, le tout avec une grande passion, estime Nicola Alberani. Nous avons beaucoup échangé lors des dernières semaines et nous avons appris à nous connaître en parlant énormément de basket. C’est avec plaisir que j’ai découvert que nous partagions la même vision des choses sur de nombreux aspects du jeu, mais également sur la construction et la gestion d’équipe."
 

Structurer le staff d'abord, pour rassurer

"Je suis très excité à l’idée de commencer à construire un nouveau départ pour la SIG Strasbourg, renchérit le Finlandais. Nicola et moi apporterons à coup sûr une nouvelle énergie et de nouvelles perspectives aux bases déjà existantes. La saison 2019/20 est toujours en cours mais bien sûr nous allons très rapidement commencer à nous pencher sur le recrutement et la structure de l’équipe version 2020/21."

Une réflexion sur la prochaine saison qui passait donc d'abord par la restructuration du staff. "Il nous faut envoyer des messages positifs au monde du basket, les agents de joueurs par exemple, alors que la période de recrutement va s'ouvrir. Et rassurer nos partenaires, explique Martial Bellon. Car la suite va être compliquée, financièrement aussi."
 

Un budget en baisse de 30% la saison prochaine

Si la perte de droits TV en cas d'annulation de la fin du championnat touche moins les clubs de basket que dans le monde du football par exemple, puisqu'ils ne représentent, par exemple, que 5% du budget de la SIG, celle du soutien des partenaires privés est primordial. "Ils représentent 50% de notre budget (budget estimé à 7,6 millions d'euros, NDLR), détaille le président. La billetterie joue pour 20% et le soutien des collectivités 25%.

Rien que sur les six derniers matchs à domicile, les opérations commerciales proposées aux partenaires nous ont rapporté 260.000 euros. Là, il nous reste six matchs à disputer au Rhénus. S'ils ne sont pas joués... On ne peut pas encore évaluer la perte financière qui résultera de cette crise sanitaire, mais ce que je sais déjà, et je l'ai annoncé, c'est qu'il faudra faire l'an prochain, avec 30% de budget en moins."

 


Quant au dossier du nouveau Rhénus, rénové et agrandi, il reste en suspens. "Ce n'est absolument pas le moment de parler de cela", affirme Martial Bellon. D'autant que les élections municipales, qui n'ont pas livré de vainqueur à Strasbourg pour le moment, risquent encore de rebattre les cartes de ce dossier compliqué. 
 

Maintien en forme pour les joueurs, à la maison

Pour ne pas hypothéquer une éventuelle reprise de la saison en cours, sur le plan sportif, le staff essaye de maintenir l'équipe concentrée. Un programme individuel avait d'abord été mis en place pour chaque joueur au Rhénus, avec des entraînements deux par deux, chacun à un bout du terrain pour respecter les distances sanitaires. Mais depuis le durcissement du confinement, c'est chacun chez soi, avec un programme de maintien en forme à respecter.

Tous concernés par l'épidémie, les joueurs se sont aussi mobilisés, avec ceux du Racing club de Strasbourg, pour appeler à la responsabilisation de tous.
 

Les joueurs étrangers de l'équipe ont pu rentrer chez eux, à l'exception du dernier arrivé, l'Américain Devonte Upson, resté en Alsace, mais tous se tiennent bien sûr à disposition de l'équipe si les matchs, ou les entraînements collectifs, venaient à reprendre. "Nous dépendons entièrement des décisions du gouvernement, insiste Martial Bellon, en lien constant avec les responsables du basket français. Nous en reprendrons que si la sécurité sanitaire des joueurs et de tous est assurée. Et si la réathlétisation des joueurs est suffisante pour reprendre sans risques."

Et le président de tabler sur une reprise au maximum courant juin. Ou alors, il sera trop tard pour boucler cet exercice 2019/2020 de toute façon perturbé, à plus d'un titre.

Sur le même sujet

Les + Lus