Coronavirus - Strasbourg : la police interrompt la soirée clandestine d'une centaine de personnes

La police a mis fin à une soirée clandestine dans le quartier de la Meinau, à Strasbourg (Bas-Rhin). Elle est intervenue le dimanche 13 décembre, à 2 heures du matin, et a dressé une amende à l'organisateur.

Les fêtes endiablées sont un lointain souvenir à cause du coronavirus.
Les fêtes endiablées sont un lointain souvenir à cause du coronavirus. © Free-Photos, Pixabay

Et rebelote. La police de Strasbourg (Bas-Rhin) a mis fin à une soirée clandestine, le dimanche 13 décembre 2020 vers 2 heures du matin. Tel avait déjà été le cas le samedi 5 décembre. Une telle démarche est loin d'être la bienvenue en pleine crise du coronavirus (Covid-19). L'appel à la fête émanait du réseau social Snapchat.

Selon les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), qui ont révélé l'affaire, beaucoup de monde s'est enfui à l'arrivée de la police. Seule trois personnes ont été interpellées, dont l'organisateur. Il s'agit d'un trentenaire qui a organisé cette fête dans le restaurant de sa mère (qui n'était pas au courant), rue des Frères Eberts, dans la plaine des Bouchers (quartier de la Meinau, voir sur la carte ci-dessous).
 


Joint par France 3 Alsace, le policier Sylvain André, du syndicat Alternative Police, ne cache pas son mécontentement. "Il faudrait que ces personnes prennent conscience des risques qu'elles font prendre à elles-mêmes et à autrui. Ce qu'on espère, c'est une certaine sévérité du parquet. Car nous sommes encore en confinement, et le virus circule : les chiffres sont à la hausse."

Il pointe également l'"irresponsabilité" de l'organisateur, tant du point de vue de la sécurité que du contexte sanitaire. Il y a de quoi craindre un nouveau foyer de contamination ("cluster"), selon lui.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers coronavirus/covid-19 santé société