Déconfinement - Strasbourg : face à l’afflux de chatons, la SPA recherche des bénévoles et des familles

Chaque été, les SPA recueillent beaucoup d’animaux. Mais cette année, suite au confinement, la situation est particulière. A Strasbourg comme ailleurs, les structures doivent faire face à un afflux de chatons. Il leur faut donc trouver plus de bénévoles et de familles d’accueil.

La SPA de Strasbourg a besoin de bénévoles pour gérer l'afflux massif de chatons
La SPA de Strasbourg a besoin de bénévoles pour gérer l'afflux massif de chatons © Carine Feix/France Télévisions
Les SPA sont saturées, ce triste scénario se répète chaque été. Mais la situation se complique encore cette année à cause du confinement. Pas pour les chiens, qui ont été beaucoup moins abandonnés : 29 en juillet contre 88 à la même époque l'an dernier à Strasbourg, mais pour les chats, surtout les chatons. Danielle Gilliot, présidente de la SPA Strasbourg, explique les raisons de cette situation.
 

Pourquoi un tel afflux de chatons ?

"Cette explosion est liée à la période de déconfinement. Pendant la période de confinement, nous n’avons fait que très peu d’entrées d’animaux, que ce soient des chiens ou des chats. Et la fourrière fonctionnait en temps très réduits, elle ne récupérait pas les animaux en divagation, dont les chats, et il s’avère que c’est une période très propice pour mettre bas. Nous recueillons maintenant les bébés de ces mamans, sachant que les vétérinaires n’avaient pas vraiment le droit de faire des actes dits de confort, stérilisation ou castration. On a constaté une décrue des abandons sur la période mars/avril. Depuis juin, on remonte considérablement, en juillet, on a quasiment doublé le nombre de chats."

Y a-t-il eu plus de bébés que les années passées ?

"Non, il n’y en a pas eu plus. Mais les autres années, beaucoup de campagnes de stérilisation étaient organisées en période printanière, juste avant les chaleurs des chattes, de façon à limiter justement le fait qu'elles puissent avoir des petits ultérieurement. Ce n'était pas le cas cette année. On avait pas le droit et les gens ne sortaient pas de chez eux. Ils se sont retrouvés démunis et ont attendu que le confinement se lève."
 
Sophie Rigolet fait partie de la dizaine de salariés que compte la SPA de Strasbourg
Sophie Rigolet fait partie de la dizaine de salariés que compte la SPA de Strasbourg © Noémie Gaschy/France Télévisions

Quelles solutions préconisez-vous ?

"Déjà que les gens qui ont des chats, ou qui en nourrissent dans leur jardin, pensent à les stériliser ou les castrer, ce qui éviterait les naissances intempestives, puisqu’une chatte peut faire trois portées dans l’année. Il faudrait aussi que les villes et communes prennent en charge leur population animale, parce que ça fait partie de leur environnement, qu’il y a des associations qui peuvent aider en ce sens. Et vraiment sensibiliser tout un chacun, qu’une chatte ça fait plein de bébés, jusqu’à 18 par an." 
150 chats attendent une famille au refuge
150 chats attendent une famille au refuge © Noémie Gaschy/France Télévisions

Face à cette situation, vous recherchez des bénévoles?

"Nous lançons un appel aux bénévoles parce qu’on a besoin de personnes à la chaterie par exemple, pour tout ce qui est nettoyage, nourrissage et socialisation. On fait aussi appel à des familles d’accueil pour prendre en charge des bébés ou toute la famille avec la maman quand elle halète. Nous sollicitons également des adoptants potentiels, mais qui se rendent compte qu’un animal, ce n’est vraiment pas un gadget, pas un objet. Un chat a une espérance de vie relativement longue, jusqu’à 20 ans. Cela demande des soins, un investissement en temps, en numéraire et beaucoup d’amour aussi, mais il le rend bien."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature déconfinement société