Eckbolsheim : un homme de vingt ans décède au squat Bugatti

Un jeune homme de vingt ans a été retrouvé mort ce samedi 17 octobre au squat Bugatti à Eckbolsheim. Arrivé hier soir dans un état décrit comme "comateux", il a été pris en charge par les résidents qui l'ont couché sur le canapé après avoir discuté avec lui. Une enquête a été ouverte. 

Le squat Bugatti ) Eckbolsheim
Le squat Bugatti ) Eckbolsheim © Google Street View
Un jeune homme d'une vingtaine d'années a été retrouvé mort ce samedi 17 octobre, peu après midi, au squat Bugatti. Arrivé hier dans la nuit, dans un état que les témoins qualifient "de comateux", il aurait été pris en charge par les résidents du squat. Ces derniers lui auraient donné à manger avant de le coucher sur le canapé de la réception. 

L'homme aurait alors évoqué une violente bagarre à la gare de Strasbourg où il aurait "été tabassé pour 800 euros". Il ne présentait pas de blessures apparentes à son arrivée. 
 
Son décès n'a été constaté que le lendemain vers midi alors que l'homme ne se réveillait toujours pas. Voilà, pour l'heure, ce que Lahcen Oualhaci, "chef" du squat Bugatti peut dire du drame. "Tout est possible mais je pense que s'il y avait eu du grabuge au squat cette nuit je l'aurais su. On me l'aurait dit. La seule chose que je peux vous dire c'est que la victime est décédée vers 6H ce matin d'après les premières constations. "

Une enquête a été ouverte. Les gendarmes se sont rendus sur place.
 

Le squat Bugatti démantelé mercredi 21 octobre


Ce drame intervient alors que le squat Bugatti doit être définitivement fermé mercredi 21 octobre prochain. "Je suis vraiment triste que cette aventure collective se termine comme cela, par un mort" confie Lahcen Oualhaci. 

Cet ancien immeuble de bureaux du parc d'activités d'Eckbolsheim a accueilli en une année près de 1000 personnes. Dans des conditions certes très difficiles mais sous un toit. " C'est mieux que rien" résume le chef.

Aujourd'hui ils sont encore 250 squatteurs "tous les autres ont été relogés au fur et à mesure, ça j'en suis assez fier" poursuit-il. 250 squatteurs qui devraient, eux aussi, retrouver un logement décent : "C'est une promesse qu'on nous a faite, l'ARS, la Croix Rouge et l'Eurométropôle. Du coup on partira ltranquilles, dans le calme." 

Le départ (Lahcen n'aime pas parler de démantèlement) aura donc lieu probablement mercredi dans la matinée. "J'attends les papiers officiels mais nous sommes prêts".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers sdf société