Education : polémique autour des subventions accordées à une école Steiner de Strasbourg

La mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, dans son rapport annuel publié en novembre 2022, appelle à la vigilance concernant l'enseignement dans les écoles Steiner, des écoles privées qui dispensent une pédagogie dite alternative. Une partie de l'opposition à la majorité municipale en place à Strasbourg souhaite ouvrir le débat sur le bien-fondé des subventions accordées par la ville à l'école Steiner située à Koenigshoffen.

Régulièrement, le sujet revient sur la table. L'enseignement dispensé dans les écoles Steiner est-il conforme ? Autrement dit, y a-t-il un risque de dérive sectaire, un risque d'endoctrinement des enfants dans la vingtaine d'établissements privés en France, dont l'école Michaël de Strasbourg, que compte l'hexagone ?.

Régulièrement dans ses rapports annuels, le dernier date de novembre 2022, la Miviludes (la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) réclame une certaine vigilance des parents et alerte sur de possibles endoctrinements des enfants.

C'est ce qui a valu un questionnement, lors du dernier conseil municipal de Strasbourg le 10 mai, de la part de l'élue d'opposition PS, Anne-Pernelle Richardot, demandant que l'on repense les subventions allouées par la ville à l'école Michaël située à Koenigshoffen, école sous contrat avec l'Etat et qui se doit donc de respecter le programme scolaire.

"J'ai demandé l'application d'un principe de précaution, explique l'élue socialiste, c'est-à-dire surseoir cette subvention le temps que l'on puisse saisir la Miviludes, se documenter, interroger les autres partenaires comme la CAF, le ministère de l'éducation, la CEA pour avoir toutes les données en main. Il y a un faisceau de rapports émanant notamment de la Miviludes qui posent question." 

Une demande qui n'a pas été suivie d'effets par la majorité puisque les subventions ont bel et bien été votées mais qui a relancé le débat sur le contenu pédagogique des écoles Steiner.

Un courant de pensée qui touche l'éducation mais aussi l'agriculture ou la médecine

Ces écoles ont été fondées au début du XXe siècle et s'inspirent des théories de Rudolf Steiner, penseur autrichien qui a vulgarisé l'anthroposophie, un courant intellectuel qui exalte la nature et les forces spirituelles invisibles qui composent le monde. Ses idées ont essaimé partout sur la planète et dans de nombreux domaines : la médecine notamment, l'entreprise Weleda en est l'étendard le plus connu, l'agriculture avec la biodynamie et l'éducation avec le développement d'écoles.

L'école Steiner de Strasbourg se situe à Koenigshoffen depuis le début des années 1950. "Oui, j'ai le sentiment que ces questionnements sur de possibles dérives sectaires reviennent régulièrement. Mais finalement, elles sont légitimes", nous explique ce quadragénaire, qui préfère rester anonyme, ancien élève de l'école.

"C'est une pédagogie alternative et donc elle interroge. Je peux vous dire que me concernant, l'enseignement dispensé m'a donné deux choses : un esprit critique et de la confiance en moi." Parce que la pédagogie Steiner est basée sur le fait de se recentrer autour de l'enfant, de ses besoins et d'encourager son rapport à la nature et aux arts. Ainsi, dès trois ans, les enfants sont immergés dans des jardins quelle que soit la météo et touchent au dessin, mais aussi à la danse, au théâtre, au bricolage.

"Quant à mes enfants, poursuit-il, ils sont heureux à l'école Michaël. C'est très bénéfique pour eux et je peux vous dire que je suis très vigilant quant à l'enseignement. J'aime la neutralité et la laïcité, pour moi les lieux collectifs ne sont pas l'endroit pour de la propagande. Et je ne constate pas de dérives ni d'un point de vue philosophique ni d'un point de vue religieux. Je n'ai jamais vu débarquer de Raël habillé tout en blanc! conclut-il en riant, un brin ironique.

En attendant, Anne-Pernelle Richardot a saisi la Miviludes sur la question de l'enseignement dans les écoles Steiner à Strasbourg et en Alsace.